Une des figures de l'Eglise de France acculée

PédophilieLe cardinal Philippe Barbarin est sur la sellette, accusé par des victimes de prêtres pédophiles de ne pas avoir dénoncé ces agissements.

Mgr Barbarin.

Mgr Barbarin. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Jamais, jamais, je n'ai couvert de faits de pédophilie», s'est défendu l'archevêque de Lyon (centre-est) dans une conférence de presse organisée après une attaque en règle venue du gouvernement socialiste.

Sur les ondes de la radio RMC, le Premier ministre Manuel Valls l'a en effet appelé à «prendre ses responsabilités». «J'attends non seulement des mots mais aussi des actes», a-t-il ajouté.

Le chef du gouvernement a tenu ses propos après la révélation d'une nouvelle plainte déposée contre Mgr Barbarin, déjà empêtré depuis un mois dans un dossier vieux de 25 ans.

La première affaire porte sur des agressions sexuelles commises par un prêtre, Bernard Preynat, sur de jeunes scouts de Lyon entre 1986 et 1991. Le père Peyrat, resté en activité jusqu'en août 2015, a été inculpé le 27 janvier après avoir reconnu les faits.

Deux enquêtes préliminaires

Ses victimes ont porté plainte pour «non dénonciation» d'agressions sexuelles sur mineurs contre plusieurs responsables du diocèse, dont Mgr Barbarin, qui a reconnu avoir été informé en 2007 de ces agissements.

Suite à la médiatisation de ce dossier, un homme, victime d'un autre prêtre au début des années 1990, a à son tour porté plainte contre Mgr Barbarin, à qui il reproche de ne pas avoir agi quand il l'a informé de cette agression en 2009.

Sans viser nommément Mgr Barbarin, la justice française a ouvert deux enquêtes préliminaires suite à ces plaintes: l'une pour «non dénonciation» et «mise en danger de la vie d'autrui», la seconde n'a pas de motif à ce stade.

Dans sa conférence de presse, l'archevêque de Lyon a souligné que la majorité des faits étaient prescrits juridiquement quand ils ont été portés à sa connaissance, ajoutant un maladroit «grâce à Dieu», sur lequel il est ensuite revenu.

A la suite d'énormes scandales aux Etats-Unis et au Mexique notamment, l'Eglise catholique a globalement renoncé à des pratiques dénoncées dans le film Spotlight, tout juste sacré Oscar du meilleur film, qui consistaient à muter un prêtre mis en cause pour étouffer le scandale.

Charles Scicluna, ancien responsable de la justice au Vatican, l'a encore assuré la semaine dernière: aujourd'hui, il n'est plus possible de transférer un prêtre accusé de pédophilie dans une autre paroisse.

L'Eglise française a été en pointe dans ce travail, surtout après la condamnation en 2001 d'un évêque, Pierre Pican, à trois mois de prison avec sursis pour non dénonciation des viols sur mineurs commis par un prêtre de son diocèse.

Scandales passés

Mais l'affaire Barbarin pose une nouvelle question: l'Eglise est-elle tenue de faire le ménage dans son passé ? Et jusqu'où doit-elle remonter ?

«Sur des faits actuels je sais ce qu'il faut faire (...) Mais que faire avec tous ces faits anciens? », s'est interrogé le cardinal Barbarin dans sa conférence de presse tenue à Lourdes (sud-ouest) où les 120 évêques de France sont réunis depuis mardi pour leur assemblée de printemps.

«C'est là que peut-être, nous avons à dire que, même en cas de prescription juridique du droit français, du point de vue pastoral ça ne vaut pas. Peut-être est-ce un point sur lequel il faut que l'on progresse.»

Quant aux propos de Manuel Valls, ils ont «surpris» la Conférence des évêques de France. «J'admire la laïcité dans notre pays», a ironisé son président Mgr Pontier.

Jusqu'à présent, Mgr Barbarin a bénéficié du soutien de ses pairs, qui ont jugé sa gestion du dossier «rigoureuse».

De même, le Vatican a estimé qu'il avait géré le dossier «avec beaucoup de responsabilité», soulignant qu'il «s'était trouvé face à une situation qui remontait à des années auparavant».

Ces propos ont provoqué le courroux de victimes du père Peyrat, qui ont écrit au pape pour lui demander une audience privée. «Les multiples victimes ne peuvent comprendre» ce satisfecit, lui ont-elles écrit.

(afp/nxp)

Créé: 15.03.2016, 13h56

Articles en relation

Agressions sexuelles: Le cardinal Barbarin savait

Eglise de France L'archevêque avait connaissance des crimes du prêtre sur des scouts depuis «2007-2008». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...