Le fils de Bolsonaro n'ira pas aux Etats-Unis

BrésilLe troisième fils du président brésilien Jair Bolsonaro a renoncé à l'idée de devenir ambassadeur du Brésil aux Etats-Unis, un choix très contesté au Brésil.

Eduardo Bolsonaro a préféré jeter l'éponge.

Eduardo Bolsonaro a préféré jeter l'éponge. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Eduardo Bolsonaro, député et troisième fils du président brésilien Jair Bolsonaro, a annoncé tard mardi lors d'une session parlementaire avoir abandonné l'idée de devenir ambassadeur du Brésil aux Etats-Unis.

«C'est une décision à laquelle je réfléchis depuis longtemps. J'ai écouté les conseils de beaucoup de gens et je dois penser à mon électorat. J'avoue que je n'avais pas le soutien de la majorité», a affirmé le député de 35 ans.

Jair Bolsonaro avait pourtant obtenu en août l'aval formel de Washington pour une possible nomination de son fils à l'un des postes les plus prestigieux de la diplomatie brésilienne. Pour être officiellement nommé, il lui fallait encore l'approbation du Sénat, ce qui était loin d'être acquis selon la plupart des observateurs.

Peu avant qu'Eduardo Bolsonaro ne jette l'éponge, son père, actuellement en visite officielle au Japon, avait déjà semé le doute en affirmant que Nestor Forster, responsable de la mission économique brésilienne à Washington, serait «un bon choix» pour le poste d'ambassadeur.

Jair Bolsonaro avait déjà déclaré lundi que son fils pourrait être plus utile pour la politique interne, afin de «pacifier» son parti, le PSL, en proie à une véritable guerre des clans, envenimée par un scandale de candidatures fictives. «À mon avis, ce serait mieux qu'il reste au Brésil pour tenter de pacifier le parti», avait reconnu le chef de l'Etat.

Proche de Trump et de Bannon

Mardi, Eduardo Bolsonaro a révélé qu'il avait été «surpris» quand son père avait cité son nom pour l'ambassade à Washington pour la première fois, en juillet.

Cette idée avait suscité une véritable levée de bouclier, mais le fils du président avait balayé les critiques d'un revers de main avec un argument incongru: «J'ai déjà cuisiné des hamburgers» aux Etats-Unis, avait-il affirmé, une allusion à un programme d'échange auquel il a participé en 2004-2005.

Le jeune député s'est affiché à maintes reprises comme un ministre des Affaires étrangères bis.

Sans attendre sa prise de fonctions en janvier, le chef de l'Etat avait envoyé son fils Eduardo aux Etats-Unis comme émissaire. Il y était apparu portant une casquette de base-ball «TRUMP 2020».

Qualifié de personne «remarquable» par Donald Trump lui-même, Eduardo Bolsonaro avait savamment affiché sur les réseaux sociaux, photos à l'appui, ses liens avec la fille de ce dernier, Ivanka, et son gendre Jared Kushner.

Il est également proche de Steve Bannon, l'ex-stratège du président américain qui l'a désigné en février comme l'un des leaders de «The Movement», appelé à fédérer les droites populistes dans le monde. (afp/nxp)

Créé: 23.10.2019, 16h56

Articles en relation

Le fils de Bolsonaro avoue avoir tweeté à sa place

Brésil L'un des fils du président brésilien s'est publiquement excusé pour avoir rédigé un tweet sur le compte officiel de son père sans son accord. Plus...

Un fils de Bolsonaro met en question la démocratie

Brésil Carlos Bolsonaro, 36 ans et deuxième fils du président brésilien, a défrayé la chronique en affirmant que «les choses ne changent pas vite par la voie démocratique». Plus...

Bolsonaro nomme un fils, ami des Trump, aux USA?

Brésil Le plus jeune des fils du président brésilien est actuellement député. Son père songe à le nommer ambassadeur aux Etats-Unis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.