Un fils de Bolsonaro songe au retour de la dictature

BrésilLe président Jair Bolsonaro a rapidement pris ses distances avec son fils Eduardo, qui a tant bien que mal tenté de se justifier.

Eduardo Bolsonaro, fils du président brésilien, est aussi député.

Eduardo Bolsonaro, fils du président brésilien, est aussi député. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le député Eduardo Bolsonaro a jeté le trouble jeudi au Brésil en évoquant l'éventualité de restaurer un régime répressif comme la dictature militaire (1964-1985) «si la gauche se radicalise», avant de faire machine arrière en estimant avoir été mal compris.

Dans un entretien avec une chaîne sur YouTube, le parlementaire de 35 ans a estimé que si la protestation en cours au Chili s'étendait au Brésil, la réponse pourrait être de remettre en vigueur l'Acte institutionnel numéro 5 (AI-5), par lequel le régime militaire a fermé le Congrès en 1968 et suspendu les libertés constitutionnelles.

Le fils Bolsonaro a accusé Cuba et le Venezuela, aux régimes socialistes, d'être derrière la vague de protestation régionale en Amérique du Sud, et a associé ces mouvements aux guérillas de gauche des années 1960. «Il arrivera un moment où la situation sera la même qu'à la fin des années 60 au Brésil, quand ils [les mouvements de gauche radicalisés, ndlr] détournaient des avions, exécutaient, séquestraient de hautes autorités comme des consuls, des ambassadeurs, exécutaient des policiers, des militaires», a dit Eduardo Bolsonaro.

«Si la gauche se radicalise à ce point, il nous faudra y répondre. Cette réponse peut être un nouvel AI-5, ça peut être une législation approuvée par référendum», a-t-il ajouté. Ces propos ont soulevé un tollé, y compris parmi les alliés du gouvernement de Jair Bolsonaro.

Le président prend ses distances

Le chef de l'État, pourtant un habituel thuriféraire de la dictature militaire, a lui-même pris ses distances. «On regrette cette information, en partie fallacieuse, mais mon fils est prêt à présenter ses excuses, sachant que ses déclarations ont été mal interprétées», a dit le président d'extrême droite sur la chaîne de télévision Band.

Eduardo Bolsonaro a ensuite adopté la même ligne, dans le même média: «Je présente mes excuses à quiconque a pu comprendre que j'envisage le retour du AI-5 ou que le gouvernement étudie une mesure en ce sens. Cette possibilité est une interprétation fallacieuse de ce que j'ai dit. J'ai seulement fait mention du AI-5, je n'ai pas dit qu'il serait remis en vigueur».

Dans une vidéo diffusée l'année dernière, en pleine campagne électorale, il disait déjà qu'«il suffirait d'un soldat et d'un caporal pour fermer le Tribunal suprême fédéral» (STF), la plus haute instance judiciaire du pays.

Les trois fils de Jair Bolsonaro font de la politique (le sénateur Flavio, le député Eduardo et le conseiller municipal Carlos) et jouent un rôle actif dans les coulisses du pouvoir, dans un style généralement agressif, même s'ils ne font pas partie du gouvernement.

Le président de la Chambre des députés, Rodrigo Maia (DEM, centre-droit), a qualifié les déclarations d'Eduardo Bolsonaro de «répugnantes» et indiqué que «l'apologie réitérée des instruments de la dictature est passible de sanctions». Pour Davi Alcolumbre, président du Sénat du même parti, les propos du fils Bolsonaro relèvent d'un «inadmissible affront à la Constitution».

L'opposante de gauche Gleisi Hoffmann, présidente du Parti des travailleurs (PT) de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, a twitté que la déclaration d'Eduardo Bolsonaro était de type «criminel, contraire à la Constitution et à la démocratie».

(afp/nxp)

Créé: 01.11.2019, 02h34

Bolsonaro ne veut plus de la «Folha», un des grands journaux brésilien

Le président brésilien Jair Bolsonaro a mis fin jeudi à l'abonnement des organes gouvernementaux au quotidien «Folha de S.Paulo», l'un des principaux du pays, et a menacé de manière voilée ses annonceurs, dans un nouvel épisode de sa confrontation avec la presse, à l'image de son modèle américain Donald Trump. «Aujourd'hui [jeudi] j'ai décidé d'annuler l'abonnement à la Folha ici au sein du pouvoir exécutif. Qui veut lire la Folha n'a qu'à passer à la gare routière de Brasilia et l'acheter», a dit le chef de l'Etat dans son direct hebdomadaire sur Facebook. «Nous n'allons plus dépenser d'argent dans un journal comme celui-là. Et ceux qui achètent de la pub dans la Folha, qu'ils fassent attention», a-t-il ajouté.

Articles en relation

Le fils de Bolsonaro n'ira pas aux Etats-Unis

Brésil Le troisième fils du président brésilien Jair Bolsonaro a renoncé à l'idée de devenir ambassadeur du Brésil aux Etats-Unis, un choix très contesté au Brésil. Plus...

Le fils de Bolsonaro avoue avoir tweeté à sa place

Brésil L'un des fils du président brésilien s'est publiquement excusé pour avoir rédigé un tweet sur le compte officiel de son père sans son accord. Plus...

Un fils de Bolsonaro met en question la démocratie

Brésil Carlos Bolsonaro, 36 ans et deuxième fils du président brésilien, a défrayé la chronique en affirmant que «les choses ne changent pas vite par la voie démocratique». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.