Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

La fin du mythe d’un «bon» empire colonial

En août 2018, les chefs de tribu namibiens participaient à une cérémonie organisée en Allemagne à la mémoire des victimes du génocide.

Un «héros» destitué

Hereros faits prisonniers en 1904 par les Allemands qui en massacreront des dizaines de milliers. Ce génocide africain préfigure les pratiques nazies. Image: GETTY

Les musées concernés

Dans les manuels scolaires, la colonisation ne fait pas partie intégrante de notre histoire

Alors que sa politique mémorielle concernant les crimes du nazisme est exemplaire depuis 20 ans, l’Allemagne a engagé très tard son travail de mémoire sur les crimes de la colonisation. Pourquoi?

C’est-à-dire?

Reconnue plus d’un siècle après les faits, l’extermination des Hereros et des Namas en Namibie entre 1904 et 1908 fait-elle partie de cette même politique?

En 2017, les conservateurs et les sociaux-démocrates ont inscrit pour la première fois dans leur contrat de coalition un «devoir de mémoire sur la colonisation». Quel a été le déclencheur?