Traité de facho, Finkielkraut insulte une manifestante

«Nuit Debout»Le philosophe a été traité de «facho» et a lui-même insulté une participante de «pauvre conne!».


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les images d'Alain Finkielkraut, l'un des polémistes les plus médiatiques de France, invectivé samedi sur la place de la République où «Nuit Debout» est organisé chaque soir depuis le 31 mars, ont entraîné des réactions d'indignation au sein de la classe politique.

L'intellectuel, issu de la gauche mais taxé de «néo-réac» par ses détracteurs, a été pris à partie par quelques individus au pied de la statue de la République, selon les vidéos amateurs circulant sur les réseaux sociaux (voir ci-dessus à 1'31 et ci-dessous).

On y entend: «Casse-toi, sale facho», «Allez, bouge, bouge», «Dégage» (vidéo ci-dessous). Alain Finkielkraut, furieux, répond: «Fasciste!», hurle «Gnagnagnagnagna, pauvre conne» à une femme (vidéo ci-dessus à 1'30), avant de tourner les talons. En quittant la place, il lance: «Ça va, je me fais insulter, je peux répondre aussi».

Juste après les faits, le philosophe a expliqué avoir été «expulsé d'une place où doit régner la démocratie et le pluralisme, donc cette démocratie c'est du bobard. Le pluralisme, c'est un mensonge».

«On a voulu purifier la place de la République de ma présence», a-t-il déclaré, affirmant avoir voulu se rendre sur place uniquement «pour écouter (...), par intérêt, par curiosité».

Plusieurs responsables de l'opposition de droite ou de l'extrême droite, comme la députée Front national Marion Maréchal Le Pen, ont estimé que l'incident montrait le «vrai visage» de «Nuit Debout»: «celui de la haine et de l'intolérance».

A gauche, le socialiste Julien Dray, un proche du président François Hollande, a estimé que «chasser» le polémiste de la Nuit debout n'était «pas une bonne chose», ce qu'ont aussi regretté sur les réseaux sociaux de nombreux participants à ce mouvement citoyen inédit (comme ci-dessous).

La place de la République, lieu emblématique de Paris où est érigé un mémorial aux victimes des attentats de 2015, est depuis le 31 mars l'épicentre de Nuit Debout, lancé initialement contre une réforme du droit du travail et qui a essaimé dans une cinquantaine de villes.

A plusieurs reprises, des manifestations en marge du rassemblement parisien ont dégénéré en violences contre les forces de l'ordre et dégradations nocturnes dans Paris, amenant le préfet de police de la capitale à lancer samedi une mise en garde à ses organisateurs.

(afp/nxp)

Créé: 17.04.2016, 16h52

Articles en relation

Le mouvement «Nuit debout» va se poursuivre

Paris Le mouvement «Nuit debout» reprendra lundi soir à Paris, une nouvelle déclaration de manifestation ayant été déposée. Plus...

Onzième Nuit debout place de la République

France Un jardin a été aménagé au pied des arbres, pour la 11e nuit consécutive. Plus...

Des Nuits Debout partout en France

France Après une nouvelle journée de manifestations contre la loi travail, des rassemblements nocturnes ont eu lieu dans 60 villes. Plus...

«Nuit debout», naissance d'un mouvement ?

France Pour la 3e nuit consécutive, des centaines de personnes ont occupé la place de la République à Paris. Rencontres. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.