Passer au contenu principal

Affaire TapieLe FMI continue de faire «confiance» à Christine Lagarde

Le FMI continue d'apporter sa «confiance» à sa directrice générale dont le domicile parisien a été récemment perquisitionné dans le cadre de l'enquête sur l'arbitrage dont a bénéficié Bernard Tapie en 2008.

Christine Lagarde, directrice du FMI. Photo d'archives.
Christine Lagarde, directrice du FMI. Photo d'archives.
AFP

«Le conseil d'administration (qui représente les 188 Etats-membres du FMI) a été informé de cette affaire, y compris récemment, et continue d'exprimer sa confiance dans les capacités de la directrice générale à assumer efficacement ses fonctions», a déclaré Gerry Rice lors d'une conférence de presse.

Le 20 mars, des policiers ont perquisitionné le domicile parisien de Christine Lagarde dans le cadre de l'enquête sur la décision, prise alors qu'elle était ministre de l'Economie, de recourir à un arbitrage pour solder le contentieux entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais au sujet de la vente d'Adidas.

Cette procédure avait permis à Bernard Tapie d'obtenir 400 millions d'euros de dommages et intérêts. Le Fonds monétaire international avait déjà réagi à cette perquisition en soulignant que son conseil d'administration avait été informé de cette affaire avant la nomination de Christine Lagarde à la tête du FMI en juillet 2011, en remplacement de Dominique Strauss-Kahn, contraint à la démission.

Le porte-parole du FMI s'est refusé à tout autre commentaire en rappelant que l'enquête était «entre les mains» de la justice française.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.