Macron reconnaît que «rien n'est gagné»

Présidentielle françaiseAlors que François Hollande a rappelé que le combat contre l'extrême droite n'était pas facile, Macron a admis mardi que «rien n'est gagné».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le candidat centriste Emmanuel Macron a admis mardi que «rien n'est gagné» pour le second tour de la présidentielle française face à la dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen, qui veut «rassembler les patriotes (...) de droite ou de gauche».

Très offensive sur le terrain, la candidate du Front national était engagée dans la délicate opération pour séduire les électeurs qui ont voté au premier tour pour le conservateur François Fillon et le tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon.

Le président socialiste François Hollande a quant à lui lancé une mise en garde, estimant que le score du FN au premier tour ne devait pas être sous-estimé. «Je pense qu'il convient d'être extrêmement sérieux et mobilisé, de penser que rien n'est fait parce qu'un vote ça se mérite, ça se conquiert, ça se justifie, ça se porte», a déclaré le chef d'Etat, appelant à ce que le score de l'extrême droite soit «le plus faible possible» le 7 mai.

Macron critiqué

François Hollande avait annoncé la veille qu'il voterait pour son ex-ministre de l'Economie Emmanuel Macron pour contrer «le risque» Le Pen en terme de suppression d'emplois, de pouvoir d'achat et de rupture avec l'Union européenne.

«Ce n'est pas rien que l'extrême droite soit au deuxième tour d'une élection présidentielle», a-t-il insisté mardi. Pour la deuxième fois de son histoire, le Front national s'est hissé au second tour, cette fois-ci avec un score «historique» (21,30%) et un record de voix (7,7 millions).

Et l'attitude du centriste Macron, qui consacrait son début de semaine à des consultations en vue d'une future majorité, a été critiquée par nombre de commentateurs, jugeant qu'il donnait l'impression «d'enjamber» le second tour, comme s'il considérait la victoire déjà acquise.

Ralliements de tous bords

Emmanuel Macron a répondu en estimant «ne pas avoir de leçons à recevoir». «Rien n'est jamais gagné, il faut se battre». «Personne ne me donnait gagnant il y a un mois et demi, je suis l'exemple vivant que les pronostiqueurs ont tort», a-t-il assuré.

Selon un sondage publié mardi, Marine Le Pen, arrivée derrière Emmanuel Macron dimanche soir, serait battue le 7 mai avec 31% des suffrages du fait d'un report défavorable des voix. Reste l'inconnue de l'abstention.

Pour conquérir les électeurs déçus par les résultats du premier tour, la candidate s'est très vite replongée dans la campagne: elle a visité l'immense marché agroalimentaire de Rungis, en banlieue parisienne, après un déplacement la veille dans le nord du pays. Elle tiendra un meeting jeudi à Nice (sud-est), bastion de la droite où elle espère capter des voix.

Le Pen: «Je suis la candidate du peuple»

«Mon adversaire a une vision désincarnée de la France, il est le candidat de l'oligarchie. Je suis la candidate du peuple», a affirmé mardi soir Marine Le Pen à la télévision, estimant que «c'est la France qu'il faut choisir dans cette élection présidentielle, face à sa dilution dans une mondialisation sauvage».

«Je veux rassembler l'ensemble des patriotes, de droite ou de gauche, je ne regarde pas leur vote de premier tour», a-t-elle martelé, avant de revenir sur un de ses thèmes favoris, l'immigration: «Nous avons 7 millions de chômeurs et 9 millions de pauvres, or nous faisons venir 200'000 étrangers par an».

La Manif' pour tous appelle à ne pas voter Macron

Emmanuel Macron avait prévu mercredi un déplacement dans le nord-ouest suivi d'un meeting à Arras (nord), terre acquise au FN. La célébration de sa première place du premier tour, dimanche soir dans une grande brasserie parisienne, a fait couler beaucoup d'encre. Il a assuré mardi n'avoir «aucun regret», ajoutant qu'il n'obéirait pas au «diktat d'une bien-pensance triste qui (lui) dirait où aller».

Emmanuel Macron a recueilli des ralliements de tous bords pour «faire barrage» à l'extrême droite. Mais Jean-Luc Mélenchon n'a pas donné pour l'heure de consigne de vote. Et le mouvement antimariage gay, La manif pour tous, proche du candidat de droite battu François Fillon, a appelé à ne pas voter Macron.

Plus tôt mardi, Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont écouté ensemble le discours émouvant du compagnon du policier Xavier Jugelé, tué dans un attentat revendiqué par le groupe djihadiste, Etat islamique (EI). Un hommage national a été rendu au capitaine de 37 ans devenu la 239e victime de la vague d'attentats islamistes commis en France depuis janvier 2015. (afp/nxp)

Créé: 26.04.2017, 00h22

Pour 61% des Français, Le Pen a bien amorcé l'entre-deux-tours

Plus de 60% des Français estiment que Marine Le Pen a réussi son début de campagne de l'entre-deux-tours, contre 48% qui pensent de même pour Emmanuel Macron. Tels sont les résultats d'un sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico diffusé mardi soir.

Au total, 47% des personnes interrogées considèrent que Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise, a eu raison de ne pas donner de consigne de vote à l'issue du premier tour et de s'en remettre à l'avis de ses soutiens.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...