Passer au contenu principal

Quand la fondation Emmaüs vient au secours d’UBS

Le procès UBS sera-t-il reporté? Les avocats du géant bancaire tentent de l’obtenir grâce à un précédent de la communauté.

Raoul Weil, à l’époque numéro 3 d’UBS, à son arrivée au tribunal, accompagné d’un de ses avocats.
Raoul Weil, à l’époque numéro 3 d’UBS, à son arrivée au tribunal, accompagné d’un de ses avocats.
REUTERS

Le premier jour d’un grand procès est souvent la juxtaposition un peu déconcertante de l’hystérie médiatique et des arachnéennes subtilités procédurières de l’institution judiciaire. Entre les deux, la face la plus passionnante de la journée n’est pas forcément celle qu’on pense.

Pour le show à grand spectacle, Bradley Birkenfeld mérite la palme: une heure et demie avant l’ouverture du procès, lundi, il draine déjà les caméras sur le parvis du Tribunal de grande instance de Paris, il prend la pause et distribue à tous les journalistes le livre qu’il vient de publier en français sur le scandale UBS aux États-Unis. L’homme qui a tout déclenché et a contribué à briser le secret bancaire suisse n’a rien à voir avec le volet français qui va être jugé, mais il affirme à tout le monde qu’il se tient «à disposition pour que la vérité éclate». Quand on lui fait remarquer que personne n’attend rien de lui et qu’il n’a pas été convoqué comme témoin au procès, il vous fait un clin d’œil et réplique: «C’est vrai, mais on ne sait jamais…»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.