Les frappes en Syrie divisent le Labour

Grande-BretagneDes députés travaillistes ont laissé entendre qu’ils allaient voter en faveur des bombardements contre Daech, malgré l’opposition de leur leader.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le débat promet d’être houleux au parlement britannique. C’est ce mercredi que doit se tenir le vote, à l’initiative du premier ministre, David Cameron, d’effectuer des frappes aériennes contre le groupe Etat islamique (Daech) en Syrie.

Mais au Royaume-Uni, la question de l’extension à la Syrie des frappes aériennes de la Royal Air Force, aujourd’hui limitées à l’Irak, divise profondément le principal parti d’opposition, le Labour. Son dirigeant, Jeremy Corbyn, farouchement hostile à toute action militaire, est en butte à plusieurs dizaines de députés travaillistes, choqués par les attentats de Paris, qui ont laissé entendre qu’ils voulaient voter en faveur de ces bombardements, malgré l’opposition de leur leader.

Face à cette fronde et au déluge de critiques de certains de ses parlementaires, Jeremy Corbyn a décidé de ne pas imposer de consigne de vote. Et ce sans contrepartie. Ce qui signifie que les députés travaillistes n’auront pas à suivre la ligne de leur dirigeant, rendant ainsi plus probable un vote en faveur d’une participation britannique aux frappes aériennes. Cette position lui évite un éclatement de son cabinet fantôme – son adjoint, Tom Watson, et son chargé des affaires étrangères, Hilary Benn, sont partisans de l’intervention en Syrie – et une rébellion ouverte de ses parlementaires. Mais elle pose toutefois la question de sa capacité à diriger son parti, à la tête duquel il a été porté par les militants de la base contre la volonté de ses hauts responsables.

Pour David Cameron, cette division au sein du Labour est une aubaine. Soucieux de ne pas répéter l’affront d’août 2013, lorsque le parlement lui avait refusé des frappes en Syrie, il voulait être sûr de pouvoir rassembler un large consensus au parlement avant d’organiser un nouveau vote. Ce d’autant qu’il n’y possède qu’une courte majorité. Mais le premier ministre, pour qui frapper Daech est un moyen de replacer le Royaume-Uni au cœur de la communauté internationale en termes de politique étrangère, a impérativement besoin des votes travaillistes pour faire adopter cette décision.

Créé: 01.12.2015, 23h17

Dossiers

Articles en relation

Manifestation contre le projet de frappes en Syrie

Londres A la veille d'un vote du Parlement sur le sujet, des Britanniques sont descendus dans la rue pour tenter de faire entendre leur point de vue aux élus. Plus...

Londres a mené une première frappe en Syrie

Antiterrorisme David Cameron a révélé avoir mené une première frappe en Syrie, une action ciblée contre un djihadiste de l'Etat islamique (EI) accusé de préparer des attentats sur le sol européen. Plus...

Cameron annonce un vote sur les frappes en Syrie

Royaume-Uni Le premier ministre britannique avertit qu'un vote sur les frappes contre l'EI en Syrie aura lieu mercredi au Parlement. Plus...

«Le régime syrien torture pour tuer»

Opération César La journaliste française Garance le Caisne était à Genève mardi pour présenter son livre sur la «machine de mort» de Bachar Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...