Un frère de Salah Abdeslam jugé pour un braquage

BelgiqueMohamed Abdeslam, frère du djihadiste, Salah Abdeslam, a reconnu lundi avoir participé fin janvier à Bruxelles à un faux braquage, pour dérober 68'000 euros.

Mohamed Abdeslam avec son avocat.

Mohamed Abdeslam avec son avocat. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le frère du seul membre encore en vie des commandos ayant attaqué Paris le 13 novembre 2015 (130 morts) était jugé pour vol aggravé lundi après-midi devant le tribunal correctionnel, au côté de deux complices présumés.

A l'audience, ce Français d'origine marocaine a reconnu avoir conduit ce jour-là la voiture qui apportait dans une banque de la commune bruxelloise de Molenbeek un montant de quelque 68'000 euros en liquide (76'000 francs), transporté par des complices installés à l'arrière du véhicule.

Lors de ce vol, il n'y a eu aucun couteau brandi, a aussi expliqué Mohamed Abdeslam... Contrairement à ce qu'avait retenu l'enquête au départ à partir d'images de vidéosurveillance montrant l'auteur du vol, masqué, faisant mine de s'emparer d'une arme.

«C'était une pièce montée, un théâtre où chacun avait son rôle, et il était hors de question de violenter qui que ce soit», a soutenu le prévenu.

Les faits s'étaient produits le 23 janvier en pleine journée. A l'arrivée de la voiture devant la banque, un homme avait surgi pour s'emparer des sacoches d'espèces sans que personne n'oppose de résistance. L'argent n'a jamais été retrouvé.

Les débats devant le tribunal ont mis en évidence que Mohamed Abdeslam, ayant pour seul revenu ses indemnités de chômeur, avait besoin d'argent pour un projet d'ouverture d'un bar à chicha à Bruxelles.

«A cause de son licenciement injuste»

Devant la presse, son avocat, Me Yannick De Vlaemynck, a évoqué une «mise en scène» due aux «rancœurs» de son client à l'égard de la commune de Molenbeek.

«Il avait des problèmes financiers notamment dus à son licenciement injuste (de son emploi à la commune, ndlr) à la suite des attentats» de Paris, a-t-il expliqué. Au début de l'enquête sur ces attaques, alors que son frère Salah était en cavale, Mohamed s'était beaucoup exprimé devant les médias, ce qui l'a conduit - selon ses propres termes - à être lui aussi «un homme à abattre».

Or «on ne choisit pas sa famille, il n'a pas choisi ses frères. (...) Tout le monde les regarde comme des terroristes, lui n'est pas un terroriste», a plaidé Me De Vlaemynck.

Dans le vol du 23 janvier, Mohamed Abdeslam a reconnu sa participation et mis en cause ses deux coprévenus, dont l'un est présenté comme l'auteur des faits. A l'issue du procès, qui continue les 19 et 20 septembre, le jugement devrait être mis en délibéré. L'accusé risque jusqu'à 15 ans de prison.

Outre Salah, qui fait figure de suspect-clé de ces attaques, un autre frère de Mohamed Abdeslam, Brahim, est mort en kamikaze le 13 novembre 2015 à Paris. (afp/nxp)

Créé: 10.09.2018, 21h25

Galerie photo

Attentats de Bruxelles: Salah Abdeslam et Sofiane Ayari inculpés

Attentats de Bruxelles: Salah Abdeslam et Sofiane Ayari inculpés Le suspect clé des attentats de Paris est jugé à Bruxelles dès lundi 5 février pour une fusillade avec des policiers belges pendant sa cavale.

Articles en relation

Un convoyeur d'Abdeslam est remis en liberté

Attentats de Paris Un Belge qui avait pris en charge Salah Abdeslam le 14 novembre 2015 a été remis en liberté lundi et placé sous contrôle judiciaire en Belgique. Plus...

Complice d'Abdeslam, Sofiane Ayari inculpé

Attentats de Bruxelles La justice belge a inculpé ce vendredi Sofiane Ayari dans le cadre de l'enquête sur les attaques du 22 mars 2016 à Bruxelles. Plus...

Abdeslam ne fait pas appel de sa condamnation

Fusillade à Bruxelles en 2016 Le djihadiste français, qui avait participé aux attentats de Paris en 2015, a renoncé à contester sa peine de 20 ans de prison. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.