Aucun front commun face à Evo Morales

BolivieLes opposants au parti d'Evo Morales n'ont pas trouvé un accord pour former une alliance lors des élections du 3 mai.

Evo Morales a manifesté son intérêt à briguer un siège au parlement bicaméral qui doit être renouvelé le 3 mai.

Evo Morales a manifesté son intérêt à briguer un siège au parlement bicaméral qui doit être renouvelé le 3 mai. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une réunion de responsables politiques de la droite et du centre s'est achevée samedi à La Paz sans parvenir à constituer en vue des élections de mai un front commun pour empêcher le retour au pouvoir du parti de l'ancien président Evo Morales.

Cette réunion organisée par le puissant Comité civique pro-Santa Cruz (CCPSC), à laquelle ont notamment participé la présidente par intérim Jeanine Añez et les ex-présidents Carlos Mesa et Jorge «Tuto» Quiroga, a duré plus de six heures. Les divergences de vues entre les cinq candidats à la présidence présents à la réunion n'ont pas permis de trouver un accord pour faire bloc.

Les participants ont prévu de se retrouver le 3 avril, exactement un mois avant les élections présidentielle et législatives, pour faire le point sur la situation et éviter la dispersion de l'électorat de droite.

«Décision définitive» le 4 avril

Romulo Calvo, président du Comité civique, a indiqué lors d'une conférence de presse que les cinq candidats s'étaient engagés à «assurer que la tyrannie (d'Evo Morales) ne revienne pas gouverner la Bolivie». Mais il n'a pas donné de détail sur la stratégie envisagée. Selon lui, ces candidats se sont également engagés à «concevoir un consensus parlementaire garantissant une gestion gouvernementale pacifique» de la part du futur gouvernement.

Une «décision définitive» devrait être prise le 4 avril concernant une option unique face à Luis Arce, du Mouvement vers le socialisme (MAS) d'Evo Morales, qui caracolait en tête des sondages avec 26% des intentions de vote dans une récente enquête d'opinion de Mercados y Muestras. Pointaient derrière lui Carlos Mesa et Luis Fernando Camacho, à égalité avec 17% des intentions de vote. Jeanine Añez était créditée de 12%.

La candidature de cette dernière fait partie des sujets critiques abordés lors de la réunion de samedi. Plusieurs participants ont considéré que sa mission, attribuée après le départ en novembre d'Evo Morales sur fond de manifestations réclamant sa démission, se limitait à la convocation d'élections et à garantir leur déroulement dans la transparence.

Evo Morales, réfugié en Argentine après avoir passé un mois au Mexique, ne peut pas se présenter au scrutin présidentiel de mai. Il a toutefois manifesté son intérêt à briguer un siège au parlement bicaméral qui doit être renouvelé le 3 mai, avec un second tour le 14 juin. (afp/nxp)

Créé: 02.02.2020, 03h13

Articles en relation

Le gouvernement appelé à démissionner

Bolivie La présidente par intérim de Bolivie a demandé dimanche à son gouvernement de démissionner. Elle est candidate à l'élection du 3 mai. Plus...

Jeanine Añez candidate à la présidentielle

Bolivie Présidente par intérim en Bolivie depuis la démission d'Evo Morales, Jeanine Añez sera candidate le 3 mai prochain. Plus...

Morales accepte la candidature de Jeanine Añez

Bolivie L'ancien président bolivien a reconnu que la présidente par intérim avait le «droit» de se présenter à la présidentielle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...