Fusillade dans une école: Trump tacle le FBI

Etats-UnisPour le président américain, le FBI aurait mieux fait de prendre en compte les informations reçues sur le tireur du lycée de Floride, au lieu de s'occuper de l'ingérence russe. Mais Trump a oublié un détail...

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président américain Donald Trump a accusé samedi le FBI de n'avoir pas su empêcher la fusillade qui a fait 17 morts mercredi dans un lycée de Floride, jugeant que la police fédérale passait en revanche «trop de temps» à enquêter sur les interférences russes dans l'élection de 2016.

Cette charge de Donald Trump contre le FBI intervient alors qu'il fait face à des critiques concernant ses liens avec la NRA, le puissant lobby des armes à feu aux Etats-Unis. Mais la fusillade a aussi mis en lumière une grave défaillance du FBI, qui a reconnu avoir reçu en janvier un appel d'un proche du tueur de 19 ans, Nikolas Cruz, alarmé par son comportement déviant et ses intentions meurtrières.

«Vraiment dommage que le FBI ait manqué tous les signaux envoyés par le tireur de l'école de Floride. Ce n'est pas acceptable», a tweeté le président américain. «Ils passent trop de temps à essayer de prouver la collusion russe avec la campagne Trump - Il n'y a pas de collusion. Revenez-en aux bases et rendez-nous tous fiers de vous!» a-t-il ajouté, alors même que ce n'est plus le FBI qui dirige l'enquête sur l'affaire russe depuis mai, mais le procureur spécial Robert Mueller.

Problèmes psychologiques

Au lendemain de la fusillade, Donald Trump avait insisté sur les problèmes mentaux du tueur, ne disant rien sur le droit de posséder une arme garanti par le deuxième amendement de la Constitution, ni sur les armes semi-automatiques comme l'AR-15 utilisé par le tireur.

Nikolas Cruz était suivi psychologiquement pour des problèmes de comportement mais il a profité d'une législation laxiste en Floride pour acheter légalement son arme l'année dernière. A son âge, de nombreux Américains ne pouvaient pas acheter une bière ou des cigarettes. Pourtant, plusieurs signaux d'alarme ont été déclenchés jusqu'à récemment sur les risques posés par le jeune homme.

Une enquête sociale lancée dans le cadre d'une auto-mutilation révélait dès septembre 2016 qu'il voulait acheter une arme à feu. «Nikolas Cruz a des coupures récentes sur les deux bras. Nikolas Cruz a déclaré qu'il prévoit d'acheter une arme à feu. Nous ignorons dans quel but il veut acheter l'arme à feu», indique un rapport laconique des services de protection de l'enfance cité par le quotidien South Florida Sun Sentinel.

Si ces faits dénotaient bien «certaines implications» pour sa sécurité, ces services avaient à l'époque conclu que le jeune homme était suivi de façon adéquate par son école et dans un institut spécialisé dans la santé mentale.

Nikolas Cruz était suivi «parce qu'il était désigné comme un adulte vulnérable à cause de troubles mentaux», selon le journal.

FBI critiqué

Le FBI est sous le feu des critiques après avoir reconnu qu'il avait reçu, le 5 janvier, un appel d'un proche de Nikolas Cruz. Cet appel décrivait le comportement déviant du jeune homme et ses intentions meurtrières. Le FBI a admis vendredi une grave défaillance en ayant ignoré cet appel.

La police locale était elle aussi alertée sur la dangerosité de Cruz, a affirmé CNN. Sa mère adoptive, morte l'an dernier, «avait plusieurs fois demandé à la police de venir chez elle pour l'aider à faire face à ses accès de violence, à ses menaces et à son comportement autodestructeur».

Ingérence russe

L'enquête sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016 n'est plus dirigée par le FBI, mais par le procureur spécial Robert Mueller, nommé après le limogeage du directeur du FBI James Comey par le président américain en mai 2017. Plusieurs commissions parlementaires mènent par ailleurs leurs propres investigations sur cette affaire.

L'enquête du procureur spécial Mueller touche le premier cercle de Donald Trump, qui se plaint régulièrement qu'elle entrave injustement son action politique. De nombreux proches et collaborateurs ont été interrogés, et quatre ont été inculpés pour des délits financiers ou autres.

Treize Russes, dont un proche du président Vladimir Poutine, ont été inculpés vendredi par la justice américaine pour avoir favorisé la candidature de Donald Trump par des moyens déloyaux. Moscou a qualifié ces accusations de «baratin» et de «fantasme». (afp/nxp)

Créé: 18.02.2018, 09h48

Galerie photo

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2

En images, les décisions de Trump à la Maison Blanche 2 Dès son intronisation, le nouveau président a signé des décrets souvent controversés qui tranchent avec l'administration Obama. Sa présence à la Maison Blanche continue de faire des remous auprès des citoyens.

Articles en relation

«Honte à vous», lance une lycéenne à Trump

Etats-Unis Le président américain a été pris à partie sur ses liens avec la NRA par une survivante de la fusillade qui a fait 17 morts dans un lycée de Parkland mardi. Plus...

Tuerie en Floride: Trump au chevet des blessés

Etats-Unis Le président américain a rencontré vendredi soir en Floride les victimes hospitalisées après la fusillade de Parkland. Plus...

Une incartade de Trump étouffée par un tabloïd

Etats-Unis Le témoignage d'une playmate, qui aurait été la maîtresse du président américain entre 2006 et 2007, n'a jamais été publié. Plus...

Steve Bannon interrogé sur l'affaire russe

Etats-Unis L'ancien conseiller de Donald Trump a répondu aux questions de l'équipe du procureur spécial Robert Mueller, dans le cadre de l'enquête sur une possible ingérence russe. Plus...

Trump évoque un «déséquilibré mental»

Fusillade en Floride Le président américain va s'adresser au pays. Il refuse de faire le lien entre le problème des armes à feu et la fusillade dans une école. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.