Des gardes-côtes grecs ont-ils coulé un canot de migrants?

MigrantsSur une vidéo tournée par des pêcheurs, on devine un bateau manœuvrant pour crever le boudin d’un canot surchargé.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’image est de mauvaise qualité, elle tremble, mais si la scène devait être officiellement confirmée par une enquête, elle donne froid dans le dos. Des pêcheurs turcs ont filmé il y a quelques jours, avec leur téléphone portable, un bateau des gardes-côtes grecs s’approchant d’un canot surchargé de gens entre l’archipel du Dodécanèse et les côtes turques, passage en ce moment très emprunté par les migrants pour rejoindre le territoire grec.

L’image bouge, mais on distingue un garde-côte avançant sur le pont. Les pêcheurs affirment qu’il s’est alors emparé d’une gaffe (cet instrument pointu et muni d’un crochet habituellement utilisé pour attraper des cordages) en la pointant vers le canot, avant que celui-ci ne se dégonfle et ne coule, entraînant ses occupants dans l’eau. Problème, on ne voit pas sur la vidéo le moment crucial où se serait produite la crevaison, volontaire ou non, du canot. Un élément qui jette le doute sur le déroulement des faits. Une chose est certaine en revanche: alors que les migrants sont à l’eau, le bateau des gardes-côtes grecs s’en va rapidement, laissant les naufragés se débattre dans l’eau.

Tous les migrants – une cinquantaine de Syriens partis de la presqu’île de Karaburun, en Turquie – ont pu être sauvés par les deux pêcheurs qui ont tourné la vidéo puis les gardes-côtes turcs, selon le quotidien turc Hürriyet, qui a sorti l’affaire. Le journal questionne au passage les raisons de la présence d’une vedette des gardes-côtes grecs dans les eaux territoriales turques.

Depuis plusieurs semaines, les migrants débarquent en masse sur les îles grecques proches de la Turquie, ce qui crée une situation explosive. Selon le chef des opérations en Grèce de Médecins sans frontières, Brice de la Vigne, les autorités locales des îles font preuve d’une passivité politiquement assumée pour ne prêter aucune assistance aux migrants qui débarquent sur leurs plages.

Créé: 14.08.2015, 15h53

Articles en relation

«Sommes-nous des sous-hommes?»

Migrants en Grèce Témoignage de réfugiés syriens arrivés sur l'île de Cos en plein tumulte. Plus...

L’afflux de migrants met sur les nerfs l’île de Kos

Grèce Sept mille migrants ont débarqué sur l’île. La police utilise des moyens peu orthodoxes pour gérer une situation explosive. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...