La gauche dénonce la méthode Trump

Etats-UnisLes démocrates dénoncent les guerres commerciales «permanentes» du président des Etats-Unis. Dernière menace en date: le Mexique.

Le sénateur socialiste Bernie Sanders.

Le sénateur socialiste Bernie Sanders. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les démocrates américains ont minimisé dimanche l'accord avec le Mexique arraché par Donald Trump pour juguler l'arrivée d'immigrés clandestins. Ils dénoncent les guerres commerciales «permanentes» du président des Etats-Unis contre leurs alliés.

«Le monde n'en peut plus, et je n'en peux plus de ce président qui ne cesse de déclarer des guerres, des guerres verbales à nos voisins, qu'il s'agisse du Mexique ou du Canada», a déclaré le sénateur Bernie Sanders, candidat aux primaires démocrates pour défier le milliardaire républicain en 2020. «Nous avons besoin d'une bonne relation avec le Mexique. Ce sont nos alliés, comme le Canada», a-t-il ajouté sur la chaîne CNN.

Donald Trump avait une nouvelle fois agité sa menace favorite, les taxes douanières, pour contraindre le Mexique à durcir sa politique contre les dizaines de milliers de migrants qui traversent chaque mois son territoire depuis l'Amérique centrale pour entrer clandestinement aux Etats-Unis.

Après plusieurs jours de négociations tendues, et juste avant l'expiration de l'ultimatum posé par le locataire de la Maison Blanche, Washington et Mexico sont parvenus vendredi soir à un accord en ce sens. Le Mexique échappe donc, pour l'instant, aux taxes douanières sur ses produits exportés aux Etats-Unis que l'homme d'affaires s'apprêtait à instaurer dès lundi.

«Pas un moyen de négocier»

Le succès de la méthode Trump, a été salué par ses partisans. «Il utilise les tarifs douaniers comme moyen de pression dans les négociations commerciales, et je pense qu'il les a utilisés dans cette situation de manière brillante», a ainsi félicité le sénateur républicain Ron Johnson sur la chaîne Fox News.

Mais cette menace, déjà brandie ou mise en oeuvre sur de nombreux fronts commerciaux, avec la Chine, l'Union européenne ou encore le Canada, est tout autant contestée par ses détracteurs. Pour la cheffe des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, «les menaces et les accès de colère» ne sont «pas un moyen de négocier une politique étrangère», a-t-elle estimé dès samedi.

«Il y a six millions d'emplois dans ce pays qui dépendent des échanges américano-mexicains», a souligné dimanche sur la chaîne ABC un autre candidat démocrate à la Maison Blanche, Beto O'Rourke. «Les agriculteurs sont déjà en difficulté en raison de la guerre commerciale engagée par ce président avec la Chine», «ils ne peuvent pas subir davantage de sa part», a ajouté l'ancien élu du Texas.

Trump n'a rien obtenu

Surtout, Bernie Sanders comme Beto O'Rourke ont tous deux repris l'argument selon lequel Donald Trump n'a en fait rien obtenu de neuf de la part de Mexico. Les efforts promis par le Mexique sont ceux qu'il «avait acceptés de faire il y a plusieurs mois», a assuré le premier. «Le président n'a rien obtenu si ce n'est mettre en péril la relation commerciale la plus importante pour les Etats-Unis», a renchéri le second.

Selon le «New York Times», qui cite des responsables des deux pays, les mesures auxquelles s'est engagé vendredi le gouvernement mexicain avaient déjà fait l'objet de promesses similaires faites à l'administration américaine au cours des derniers mois.

C'est le cas du déploiement de sa garde nationale à la frontière méridionale du Mexique, promise dès mars, ou de la décision d'obliger les demandeurs d'asile aux Etats-Unis à attendre l'examen de leur dossier côté mexicain, au coeur d'un accord qui remonte à décembre dernier, écrit le quotidien.

D'autres mesures dévoilées

«Faux», a rétorqué Donald Trump sur Twitter, assurant que seules ses menaces avaient permis de concrétiser les engagements mexicains. Avant d'affirmer que des mesures supplémentaires avaient fait l'objet d'un accord mais ne seraient annoncées que «le moment venu». Et si l'accord ne porte pas ses fruits, «nous pouvons toujours revenir à notre position, très efficace, sur les tarifs», a-t-il ajouté, bien décidé à ne pas ranger l'arme commerciale au placard.

Le «New York Times» a rétorqué, dans un communiqué: «Nous maintenons nos informations, et comme dans de nombreuses autres occasions, nos articles résistent au temps contrairement aux démentis que le président leur oppose». (ats/nxp)

Créé: 10.06.2019, 03h22

Articles en relation

Washington et Mexico ravis par l'accord trouvé

Taxes douanières Les présidents des Etats-Unis et du Mexique, Trump et Obrador, se sont congratulés, samedi, pour l'accord trouvé vendredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...