Gaza: Israël frappe le Jihad islamique

Conflit israélo-palestinienMalgré la trêve, de nouvelles frappes de Tsahal ont visé vendredi le groupe djihad islamique à Gaza, faisant des victimes civiles «inattendues».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'armée israélienne a reconnu vendredi des victimes civiles «inattendues» dans une de ses frappes visant plus tôt cette semaine le djihad islamique à Gaza, où un accord de cessez-le-feu demeure fragile après des affrontements ayant fait une trentaine de morts palestiniens.

Signe de la précarité de cet accord, Israël a frappé dans la nuit de jeudi à vendredi des cibles du groupe armé djihad islamique dans la bande de Gaza après des tirs de roquettes sur Israël défiant l'accord de cessez-le-feu en vigueur depuis jeudi matin.

Or, peu avant son entrée en vigueur, les forces israéliennes avaient bombardé les habitations de la famille Abou Malhous à Deir al-Balah, dans le sud de la bande de Gaza, enclave palestinienne deux millions d'habitants et sous blocus israélien.

«Innocents»

La frappe avait tué Rasmi Abou Malhous, présenté par les forces israéliennes comme un «commandant» du djihad islamique mais par ce mouvement comme un simple «membre affilié», ainsi que ses deux épouses et cinq enfants.

«Selon les informations dont l'armée disposait lors de la frappe, il n'était pas prévu que celle-ci fasse des victimes civiles», a indiqué vendredi l'armée dans une déclaration transmise à l'AFP, à propos de la frappe de Deir al-Balah.

«Les forces armées israéliennes enquêtent sur le tort causé à des civils lors de la frappe», a ajouté l'armée qui avait accusé cette semaine les combattants du djihad islamique d'utiliser des «boucliers humains» pour se prémunir des frappes. Des survivants de cette frappe, dont des enfants devenus orphelins, avaient été transportés dans un hôpital local.

«Ils sont innocents et ils n'auront que des souvenirs douloureux. Il leur faudra du temps pour récupérer», a dit jeudi à l'AFP Eid Abou Malhous, un membre de la famille élargie qui tentait de réconforter des survivants.

Les violences ont débuté mardi matin après une opération ciblée mortelle menée par Israël contre un haut commandant du djihad islamique, mouvement jugé par Israël moins puissant mais plus radical que le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.

Le commandant Baha Abou al-Ata était considéré comme le cerveau de nombreuses opérations anti-israéliennes ces derniers mois selon les services israéliens.

A la suite de son décès, le djihad Islamique a lancé au total plus de 450 roquettes, faisant des blessés mais pas de mort, vers Israël qui a répliqué avec une série de frappes ayant fait au total 34 morts, dont la famille Abou Malhous, et plus d'une centaine de blessés dans la bande de Gaza.

Cette séquence est la plus meurtrière depuis des heurts entre soldats israéliens et Palestiniens ayant fait environ une soixantaine de morts le 14 mai 2018 à Gaza, jour de l'inauguration à Jérusalem de l'ambassade des Etats-Unis.

D'où les pressions de l'ONU et de l'Egypte, pays qui dispose d'une forte influence sur Gaza et de relations officielles avec Israël, en faveur d'un cessez-le-feu.

Mais jeudi, sept roquettes ont été tirées vers Israël qui a répliqué tôt vendredi par des frappes contre des «cibles» du djihad islamique dans la bande de Gaza.

«Violation»

L'armée a dénoncé «la violation du cessez-le-feu et les roquettes lancées contre Israël» pour justifier ces frappes nocturnes contre un «site de production de roquettes» dans le sud de l'enclave. Le raid a fait au moins deux blessés côté palestinien, selon le ministère de la Santé à Gaza.

«L'armée est prête à continuer à agir autant que nécessaire contre toute tentative de porter atteinte aux civils israéliens».

Pour s'assurer du maintien de ce moment de répit, les manifestations de la «marche du retour», dénonçant le blocus israélien de Gaza et plaidant pour le retour des réfugiés palestiniens sur leurs terres, ont été annulées vendredi dans la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas qui n'a pas participé aux violences cette semaine.

Dans le cadre de ce mouvement de protestation, entamé au printemps 2018 et repris en main par le Hamas, au moins 311 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens, la majorité le long de la frontière entre Gaza et Israël.

Des manifestations musclées ont toutefois eu lieu vendredi en Cisjordanie pour y dénoncer l'occupation de ce territoire palestinien par Israël, selon des photographes de l'AFP. (afp/nxp)

Créé: 15.11.2019, 14h24

Articles en relation

Un cessez-le-feu entre en vigueur à Gaza

Conflit israélo-palestinien Après 32 victimes côté palestinien en 48 heures, un accord a été trouvé pour un cessez-le-feu à Gaza, tôt jeudi. Plus...

L'escalade se poursuit entre Gaza et Israël

Israël Les frappes israéliennes ont répondu aux tirs de roquettes mercredi dans l'enclave palestinienne, portant à 26 le nombre de Palestiniens tués depuis la veille. Plus...

Trois Palestiniens tués dans de nouvelles frappes

Bande de Gaza Des opérations militaires israéliennes ciblant des positions du groupe Djihad islamique ont fait plusieurs morts mardi dans l'enclave palestinienne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.