À Gênes, le pont de la honte sera bientôt réduit en gravats

ItalieLe chantier de démolition a été inauguré samedi. Les engins sont prêts. Une décision de justice est encore attendue ce lundi.

Samedi, hommes et machines se tiennent prêts à démanteler l’ouvrage autoroutier. Des travaux estimés à 19 millions d’euros.

Samedi, hommes et machines se tiennent prêts à démanteler l’ouvrage autoroutier. Des travaux estimés à 19 millions d’euros. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Les équipes se relaieront pour travailler jour et nuit afin que les travaux de construction du nouveau pont puissent commencer comme prévu à la fin du mois de mars prochain et qu’ils soient terminés à la fin de 2019.» Marco Bucci, le maire de Gênes, a inauguré samedi le chantier de démolition des ruines de l’ouvrage. L’effondrement de ce viaduc autoroutier avait fait 43 morts et des dizaines de blessés le 14 août dernier.

Le démarrage des opérations de démantèlement pourrait toutefois être repoussé. Le juge chargé de l’enquête préliminaire pourrait demander un nouvel examen des restes de la structure, les premières conclusions d’experts sur l’état du pont Morandi avant le drame étant accablantes (lire encadré). Le magistrat rendra sa décision durant l’audience qui se tiendra ce lundi matin à Gênes.

«Un nouveau délai n’est pas dramatique en soi, car le pont, de toute façon, doit être démoli. Compte tenu du fait que nous sommes en Italie et donc de la lenteur habituelle au niveau des décisions, disons que le calendrier dans l’immédiat est respecté», analyse Ignazio Messina, administrateur délégué du groupe Messina, l’armateur génois spécialisé dans les conteneurs et le trafic roulier.

En attendant, les ouvriers des cinq sociétés italiennes sélectionnées pour abattre le pont Morandi ont déjà installé leurs équipements. Les deux grues utilisées en 2013 pour redresser le paquebot Costa Concordia – qui s’était échoué le 13 janvier 2012 à une cinquantaine de mètres du rivage de l’île de Giglio (Toscane) – ont été positionnées sous le pilier ouest et une troisième, sous l’autre pilier. Le coût des travaux de destruction et de déblaiement est estimé à 19 millions d’euros.

Victimes indemnisées

Cette vaste opération sera dirigée par l’équipe en charge du démantèlement du Costa Concordia. Le plan de démolition, approuvé par le Ministère des infrastructures et des transports, prévoit l’installation de structures en acier et l’utilisation de microcharges explosives placées le long des piliers. Les segments de route qui ne se sont pas effondrés le 14 août seront découpés et les décombres déblayés par les trois grues.

Quant à la reconstruction du viaduc, Marco Bucci devrait annoncer officiellement le nom du vainqueur d’ici à la fin de l’année. «Malgré la complexité de la situation, compte tenu des exigences du Parquet qui doit boucler la reconstitution de l’accident, le maire devrait rendre sa décision avant Noël car il veut agir rapidement», nous a confié Ignazio Messina. La construction du nouveau pont, souligne Marco Bucci, est importante non seulement pour la ville et sa région, mais «pour toute l’Italie du Nord, et j’oserais dire, pour la France et la Suisse».

De son côté, la société Autostrade per l’Italia, tenue pour responsable du drame, a décidé de faire appel contre le décret gouvernemental pour la reconstruction du pont qui l’exclut des opérations. Le groupe italien a également débloqué une enveloppe de 50 millions d’euros pour indemniser les familles des victimes, qui recevront chacune un chèque de 150 000 à 300 000 euros. En échange, elles ne se porteront pas partie civile durant le procès. Selon une source proche d’Autostrade, 138 personnes auraient déjà signé un accord avec le groupe.


Les experts suisses pointent une grave lacune

Les experts suisses du Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa) devraient livrer leur rapport d’enquête le mois prochain. Leurs conclusions sont accablantes, a indiqué vendredi soir l’agence italienne Ansa. Selon le projet original de l’architecte Riccardo Morandi, les haubans qui soutiennent la structure auraient dû être enveloppés dans une gaine de métal. Un système de protection contre la corrosion des câbles et de la partie externe du béton. Or, pour les experts qui ont analysé les quelque dix-sept débris prélevés par le Parquet de Gênes, en charge de l’enquête préliminaire, ce revêtement manquait. Il s’agit d’un élément d’enquête fondamental pour le juge. Car la question qui se pose désormais est essentielle pour faire la lumière sur ce drame: la société gestionnaire, Autostrade per l’Italia, et les techniciens du Ministère des infrastructures et des transports en charge de la manutention et de la surveillance du pont étaient-ils au courant de l’absence de la gaine et des risques que ce manque de matériel impliquait? Le procès doit s’ouvrir l’an prochain.

A.B.

Créé: 17.12.2018, 06h51

Articles en relation

«Nous avons tous été touchés par cette tragédie»

Gênes Un mois après le drame, les Génois on fait une minute de silence ce vendredi. Reportage dans une ville en résilience. Plus...

La récupération politique se greffe sur les ruines du pont

Tragédie de Gênes Le gouvernement accable la société exploitante de l’A10. Un procès qui sert aussi à laver le passé du Mouvement 5 Étoiles. Plus...

L’Italie s’inquiète pour ses milliers d’ouvrages routiers en fin de vie

Gênes Après la tragédie de Gênes, les questions sur la qualité des infrastructures routières fusent en Italie. Plus...

La catastrophe du pont Morandi



Image: Reuters

Mardi 14 août 2018, peu avant midi, une partie d’un viaduc de l’autoroute A10 s’effondre. On dénombrera 43 morts et des dizaines de blessés. Plus de 600 personnes habitant dans les environs perdent leur logement. La ville de Gênes et toute l’Italie sont sous le choc. Quatre mois plus tard, les premières expertises pointent de graves manquements.



Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.