Passer au contenu principal

Ghosn réclame la publication de documents internes

L'ancien magnat de l'automobile a sommé Nissan-Mitsubishi de divulguer des documents internes sur son limogeage qu'il juge illégal.

Carlos Ghosn s'est enfui au Liban fin décembre, alors qu'il avait été libéré sous caution en avril 2019 et préparait son procès au Japon.
Carlos Ghosn s'est enfui au Liban fin décembre, alors qu'il avait été libéré sous caution en avril 2019 et préparait son procès au Japon.
archive, AFP

Les avocats de Carlos Ghosn ont réclamé lundi la publication de documents internes par Nissan-Mitsubishi au cours d'une première audience publique dans le cadre d'une procédure déclenchée aux Pays-Bas par l'ancien magnat de l'automobile, qui juge son limogeage illégal.

Soupçonné de malversations financières diverses, Carlos Ghosn s'est enfui au Liban fin décembre, alors qu'il avait été libéré sous caution en avril 2019 et préparait son procès au Japon, dont la première phase devait en théorie commencer en avril.

L'Alliance automobile franco-japonaise Renault Nissan Mitsubishi est incarnée juridiquement par la société Renault Nissan BV (RNBV), dont le siège est aux Pays-Bas, où M. Ghosn a entamé en juillet une procédure en justice contre les deux constructeurs automobiles nippons, estimant son éviction illégale.

Carlos Ghosn réclame 15 millions d'euros d'indemnités aux deux groupes nippons, qu'il accuse d'avoir enfreint le code du travail néerlandais.

Limogeage contesté

L'ancien magnat de l'automobile souhaite que les deux sociétés diffusent des documents internes qui pourraient selon lui permettre de reconstituer le cheminement qui a mené à la perte de confiance de la part de Nissan et Mitsubishi, avant la prise de décision finale de le limoger.

«Ghosn conteste bien sûr» son limogeage, a déclaré lundi à l'issue de l'audience son avocat, Roeland de Mol, qui s'est réjoui d'une journée «absolument bénéfique» pour son client.

«Les chances d'un véritable débat sur le fond à court terme ont considérablement augmenté», et ce «malgré toutes les contestations» de Nissan Mitsubishi, a-t-il affirmé auprès de l'AFP.

La défense de M. Ghosn reproche aux avocats de Nissan et Mitsubishi de s'opposer à la mise à disposition du dossier et de refuser de rendre publiques «les pièces sur lesquelles ils fondent leurs reproches», a poursuivi M. De Mol.

«Les détails ne manquent pas»

«Ce n'est pas ainsi que cela fonctionne, certainement pas devant un tribunal néerlandais», a-t-il lâché.

Les avocats des groupes japonais présenteront leurs arguments le 26 mars devant le tribunal d'Amsterdam et plaideront pour le rejet de la réclamation de l'ancien patron de l'alliance.

«Nissan-Mitsubishi a déjà apporté une vaste quantité d'informations depuis le début de cette affaire, les détails ne manquent pas», a déclaré auprès de l'AFP Paul Durman, le porte-parole des représentants des groupes japonais, accusant l'autre partie de «partir à la pêche sans savoir précisément ce qu'elle cherche».

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.