Passer au contenu principal

France«Gilets jaunes»: près de 30 interpellations à Rouen

Rouen fait partie de l'une des villes du pays où la fronde sociale a été la plus vive avec près de 500 manifestants et 26 arrestations samedi.

Le premier anniversaire des «gilets jaunes» était marqué samedi par le retour du chaos dans certains quartiers de Paris. Un manifestant touché par un projectile a perdu l'usage d'un oeil. (Samedi 16 novembre 2019)
Le premier anniversaire des «gilets jaunes» était marqué samedi par le retour du chaos dans certains quartiers de Paris. Un manifestant touché par un projectile a perdu l'usage d'un oeil. (Samedi 16 novembre 2019)
AFP
Les «gilets jaunes» poursuivaient leur mouvement pour leur premier anniversaire d'existence. (Samedi 16 novembre 2019)
Les «gilets jaunes» poursuivaient leur mouvement pour leur premier anniversaire d'existence. (Samedi 16 novembre 2019)
Keystone
(Samedi 17 novembre 2018)
(Samedi 17 novembre 2018)
AFP
1 / 150

Plusieurs heurts ont éclaté samedi à Rouen à l'occasion d'une manifestation lancée par les «gilets jaunes» et soutenue par la CGT de Seine-maritime, conduisant à 26 interpellations et 111 verbalisations, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Au plus fort de la manifestation, environ 500 personnes ont défilé à Rouen, l'une des villes du pays où la fronde sociale a été la plus vive. Plusieurs heurts ont éclaté tout au long de la journée entre protestataires et forces de l'ordre, qui ont utilisé des gaz lacrymogènes après avoir essuyé des jets de projectiles, selon la même source.

Port d'armes

Plusieurs vitrines de commerces (agence d'intérim, banque, agence immobilière) ont été brisées tandis que des vitres du tribunal ont été cassés. Vers 19h, la préfecture a comptabilisé 26 interpellations, essentiellement pour port d'armes, violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique et violences. En outre, 111 verbalisations (amendes comprises entre 136 et 750 euros) ont été réalisées pour participation à une manifestation dans un périmètre interdit.

En effet, le préfet de la région Normandie avait pris un arrêté interdisant manifestations et rassemblements en centre-ville de Rouen samedi de 10h à 22h, comme c'est le cas depuis le début du mouvement des «gilets jaunes» pour «protéger les commerces». Dans un communiqué appelant à manifester samedi, l'union départementale CGT de Seine-Maritime avait dit agir «pour l'unité des salariés et des jeunes afin de résister à Macron, aux patrons et à leurs plans destructeurs».

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.