«Gilets jaunes»: 3 mois requis contre un policier

FranceUn policier avait lancé un pavé contre des manifestants lors d'un rassemblement le 1er Mai. La justice se penchait sur son cas jeudi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parquet a requis jeudi trois mois de prison avec sursis à l'encontre du premier policier jugé à Paris pour des «violences volontaires» commises en marge du mouvement des «gilets jaunes».

Ce CRS comparaissait «pour violences volontaires de la part d'une personne dépositaire de l'autorité publique» après avoir lancé un pavé en direction de manifestants lors de la mobilisation du 1er mai, dans le XIIIe arrondissement de la capitale. «Je ne veux pas en faire un exemple», a indiqué la procureure dès le début de son réquisitoire car «ce n'est pas le procès de la police».

Sur deux vidéos visionnées à l'audience, on voit le prévenu lancer un pavé en direction de manifestants le 1er mai à Paris. Les images ne montrent pas où a atterri le projectile et s'il a blessé quelqu'un. «Peu importe le résultat mais lorsque le prévenu lance ce pavé il ne peut pas ignorer qu'il peut provoquer des blessures graves», a ajouté la procureure, assurant que le geste n'était «pas strictement proportionné».

Emu et le visage fermé, le brigadier, 44 ans dont vingt dans la police, a de son côté évoqué «un geste de peur» et «absolument pas» de colère.

Des «scènes de guérilla»

Mobilisé ce jour-là depuis le matin avec sa compagnie, le fonctionnaire a évoqué des «scènes de guérilla» sous «une pluie permanente de projectiles»: «On n'a pas le temps de descendre en pression», s'est-il défendu.

Quelques minutes avant les faits, le prévenu avait vu son chef de section être gravement blessé au visage par un pavé jeté par un manifestant. «Notre capitaine était sérieusement blessé, c'est notre boss, donc on s'inquiète pour lui, en plus ça bouge de partout», a ajouté le policier, dont l'avocat a plaidé la relaxe.

Alors, «par réflexe», le fonctionnaire dit avoir renvoyé «ce pavé pour avoir une distance de sécurité», affirmant qu'il se «sentait agressé» par les manifestants. Mais, «je ne voulais blesser personne», a-t-il rajouté, en soulignant avoir lancé le projectile «dans une zone neutre». Mais pour le président, l'extrait vidéo est «ravageur pour l'image des forces de l'ordre», tout en évoquant «une foule agressive».

Le jugement sera rendu le 19 décembre. (afp/nxp)

Créé: 21.11.2019, 13h57

Galerie photo

Le mouvement des «gilets jaunes» se durcit

Le mouvement des «gilets jaunes» se durcit Né le 18 octobre 2018, le mouvement protestait contre la hausse des prix du carburant annoncé par le gouvernement qui, depuis, a reculé. Mais il représente une colère sociale plus large.

Articles en relation

«Gilets jaunes»: premier procès d'un policier

France Le CRS avait été filmé en train de lancer un pavé vers des manifestants le 1er mai dernier à Paris. L'audience intervient dans un climat tendu. Plus...

Blessé, un «gilet jaune» a perdu l'usage d'un oeil

France Un manifestant français touché par un projectile, lors du premier anniversaire des «gilets jaunes», ne pourra plus se servir de son œil gauche. Plus...

Regain de violences pour les 1 an des «gilets jaunes»

France Des heurts ont éclaté samedi dans la capitale française, à l'occasion du premier anniversaire du mouvement «des gilets jaunes». Plus...

Un an après, les «gilets jaunes» sont essoufflés

France La contestation sociale est née il y a un an, enclenchée par une taxe sur le carburant. Les revendications se sont étendues à toute la politique sociale mais cherchent un nouveau souffle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.