Passer au contenu principal

«Gilets jaunes»: crainte de violences à Paris

Les autorités françaises ont annoncé le déploiement d'un dispositif sécuritaire important samedi dans la capitale, alors que les «gilets jaunes» se mobilisent encore.

Plusieurs centaines de «gilets jaunes» ont défilé samedi dans plusieurs villes de France, alors que le mouvement fêtera bientôt une année d'existence. (Samedi 2 novembre 2019)
Plusieurs centaines de «gilets jaunes» ont défilé samedi dans plusieurs villes de France, alors que le mouvement fêtera bientôt une année d'existence. (Samedi 2 novembre 2019)
Près de six mille «gilets jaunes», selon le ministère de l'Intérieur, ont défilé en France samedi lors de l'acte 33, qui marque un nouveau recul de la mobilisation. (Samedi 29 juin 2019)
Près de six mille «gilets jaunes», selon le ministère de l'Intérieur, ont défilé en France samedi lors de l'acte 33, qui marque un nouveau recul de la mobilisation. (Samedi 29 juin 2019)
Les «gilets jaunes» se sont rassemblé devant le Palais des Nations, sans bloquer la circulation. A 12h10, la police leur demande de quitter les lieux.
Les «gilets jaunes» se sont rassemblé devant le Palais des Nations, sans bloquer la circulation. A 12h10, la police leur demande de quitter les lieux.
Frank Mentha
1 / 22

La nouvelle mobilisation des «gilets jaunes» coïncide avec les Journées du patrimoine et la marche pour le climat. Le ministère de l'Intérieur et la préfecture de police craignent un retour des violences dans les rues de la capitale, épargnées par les débordements depuis le 16 mars, et le saccage de magasins sur la prestigieuse avenue des Champs-Elysées.

Le préfet de police, Didier Lallement, a annoncé vendredi que 7500 membres des forces de l'ordre seraient déployés samedi à Paris, avec des canons à eau et des véhicules blindés de la gendarmerie.

Face à des gens qui «manifestement veulent prendre des revanches» et annoncent qu'ils ne «lâcheront rien», «je réponds nous serons là », a prévenu le préfet, au cours d'un point de presse.

«Nous serons en nombre suffisant (...) et très en capacité d'arrêter des initiatives à visées destructrices», a-t-il promis.

Le mouvement, virulent et inédit, des «gilets jaunes», qui proteste depuis des mois contre la politique sociale et fiscale du gouvernement, a fait descendre dans la rue des centaines de milliers de Français depuis la mi-novembre 2018.

Les manifestations, qui ont parfois dégénéré en violents affrontements et en scènes d'émeutes, ont ranimé les polémiques sur le maintien de l'ordre, alimentées par les images de manifestants blessés - près de 2.500, parfois grièvement (24 éborgnés et cinq ayant eu la main arrachée selon le journaliste indépendant David Dufresne, un spécialiste de la question).

De son côté, le ministère de l'Intérieur évoque quelque 1.800 blessés au sein des forces de l'ordre.

Si depuis le printemps, les cortèges se sont dépeuplés, les appels se multiplient sur les réseaux sociaux à «marcher contre le système» à Paris.

Les «gilets jaunes» espèrent un nouveau souffle, au nom de la «convergence des luttes». Pour Jérôme Rodrigues, une des figures du mouvement, blessé à l'oeil en janvier, «ce sera une manifestation révélatrice car beaucoup de gens vont monter à Paris».

Plusieurs institutions et musées ont renoncé à ouvrir samedi à l'occasion des Journées européennes du patrimoine, comme les musées du Petit Palais et du Grand Palais.

L'Arc de triomphe, endommagé au cours d'une précédente mobilisation en décembre 2018, sera inaccessible. Ce sera aussi le cas de l'Hôtel Rothalin-Charolais, le siège du ministère chargé des Relations avec le Parlement, dont la porte avait été défoncée en janvier par des manifestants.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.