Golan: levée de boucliers contre Donald Trump

Proche-OrientLa Ligue arabe ou encore le Conseil de coopération du Golfe s'opposent à la volonté de Etats-Unis de reconnaître la souveraineté d'Israël sur le Golan.

La nouvelle position des Etats-Unis sur le Golan n'est pas acceptée par les pays arabes.

La nouvelle position des Etats-Unis sur le Golan n'est pas acceptée par les pays arabes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Syrie et les pays arabes ont condamné vendredi la déclaration du président américain Donald Trump. Ce dernier s'est exprimé en faveur d'une reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur la partie du plateau du Golan syrien occupée.

Israël a conquis en 1967 une grande partie du Golan et l'a annexée en 1981, mais la communauté internationale n'a jamais reconnu cette annexion. L'annonce de M. Trump a été interprétée comme un vrai coup de pouce au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à l'approche des législatives du 9 avril.

«Après 52 ans, il est temps pour les Etats-Unis de reconnaître pleinement la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan, qui a une importance stratégique pour l'Etat d'Israël et la stabilité régionale», a tweeté M. Trump. Cette décision est en rupture avec la position des Etats-Unis depuis des décennies.

«La position américaine sur la partie occupée du Golan syrien reflète clairement le mépris des Etats-Unis pour les règles internationales et leur violation flagrante du droit international», a déclaré une source aux Affaires étrangères syriennes citée par l'agence Sana.

«Parti pris aveugle»

Pour le régime syrien, les déclarations de M. Trump «confirment une nouvelle fois le parti pris aveugle des Etats-Unis en faveur de l'occupation sioniste (...)». Mais elles «ne changeront rien au fait que le Golan est et restera arabe et syrien».

Le déclenchement en 2011 de la guerre en Syrie, voisine d'Israël, a attisé les tensions sur le Golan. Les tirs d'obus en provenance de la Syrie, rarement mortels, étaient fréquents ces dernières années sur le Golan, et Israël ripostait à chaque fois.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a rappelé à la demande de Keystone-ATS, que la Suisse avait reconnu l'Etat d'Israël avec ses frontières d'avant la guerre des six jours en juin 1967.

La Suisse ne reconnaît aucune modification de ces frontières tant que les parties n'ont pas convenu d'un accord sur celles-ci. L'annonce faite par les Etats-Unis n'a donc «aucune répercussion sur l'applicabilité du droit international humanitaire et des droits de l'homme dans le territoire syrien occupé du plateau du Golan», a déclaré le DFAE.

Annexion «nulle et non avenue»

Au Caire, la Ligue arabe a jugé que la position de l'administration américaine était «dépourvue de toute valeur légale». La Syrie a été suspendue par la Ligue arabe en 2011, mais plusieurs Etats arabes ont exprimé récemment leur soutien à la normalisation des relations avec le président Bachar el-Assad.

L'Egypte, proche de l'administration Trump, a elle réaffirmé dans un communiqué sa position selon laquelle «le Golan syrien est un territoire arabe occupé» et son annexion «nulle et non avenue» au regard du droit international.

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG, qui regroupe l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, Oman, le Qatar et le Koweït) a dit dans un communiqué regretter les propos de M. Trump. Cela «ne change pas la réalité qui est que le plateau du Golan arabe est une terre syrienne qu'Israël a occupée par la force militaire en juin 1967». La Jordanie a également souligné que le Golan était «un territoire syrien occupé au regard des lois internationales».

Hormis les pays arabes, les alliés russe et iranien de la Syrie ainsi que la Turquie ont également réagi. Bien qu'hostile à M. Assad, le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé que la déclaration de M. Trump mettait la région «au bord d'une nouvelle crise». Pour le Kremlin, «de tels appels peuvent déstabiliser considérablement la situation (...) au Proche-Orient». (ats/nxp)

Créé: 22.03.2019, 20h40

Articles en relation

Golan: Trump plaide pour la souveraineté d'Israël

Conflit israélo-palestinien Le président américain s'est dit jeudi favorable à la reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur la partie du Golan occupée et annexée par Israël. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.