Passer au contenu principal

Google inquiet face au décret Trump

Les grandes firmes suisses espèrent que les voyages d'affaires seront peu touchés. Novartis ou Nestlé se mettent en ordre de bataille pour s'adapter aux conditions d'entrée aux USA.

Le siège européen de Google à Zurich.
Le siège européen de Google à Zurich.
Keystone

Le week-end dernier, de nombreux passagers n'ont pu entrer que de manière limitée aux Etats-Unis, voire pas du tout. La question se pose donc de savoir dans quelle mesure les voyages d'affaires depuis la Suisse sont touchés.

Contacté par l'ats, ABB souligne ne pas avoir jusqu'ici de problèmes avec les nouvelles règles d'entrée aux Etats-Unis. Un porte-parole a précisé que le groupe électro-technique zurichois, présent dans plus de 100 pays, est habitué à faire face à des règles en constante évolution en matière de visas et de restrictions de voyages. La société va toutefois observer de près l'évolution de la situation.

Inquiétudes de Google Une porte-parole de Google fait part de l'inquiétude de l'entreprise face aux nouvelles directives prises par le président américain. Ces restrictions pourraient affecter des employés et leurs familles et même aboutir à ce que les Etats-Unis attirent moins de talents à l'avenir. Le géant américain fera part de ce point de vue aux instances appropriées à Washington.

Swiss, qui applique le décret de Donald Trump, a indiqué dimanche qu'une quarantaine de clients ont pâti de la mesure jusqu'à maintenant. La compagnie aérienne en elle-même ne souffre toutefois pas directement de ces nouvelles exigences.

Une porte-parole de Swiss a souligné que parmi le personnel de bord, personne n'a de passeport des sept pays concernés par les nouvelles restrictions. Même dans le cas où certains collaborateurs seraient touchés, la compagnie pourrait relativement facilement affecter ces personnes à d'autres lignes.

Soutien aux employés

Novartis a déclaré soutenir pleinement ses employés de toutes nationalités et religions. Le groupe pharmaceutique bâlois n'a pour l'heure connaissance d'aucun cas de collaborateur qui aurait dû interrompre son voyage d'affaires en raison de ce décret.

L'entreprise examine et évalue en permanence l'impact de cette décision pour son personnel.

Même son de cloche chez Johnson & Johnson, qui souligne être en train de travailler avec les employés concernés pour leur apporter tout le soutien nécessaire, ainsi qu'à leurs familles. Le géant américain est très présent en Suisse où il emploie près de 6400 personnes, dont plus d'un millier dans le seul canton de Neuchâtel.

Les deux grandes banques ont quant à elles réagi différemment à la question. Alors qu'UBS explique étudier l'impact du décret présidentiel sur ses employés, un porte-parole de Credit Suisse a indiqué que l'établissement ne souhaitait faire aucun commentaire sur le sujet.

Le géant zougois des matières premières Glencore n'a pas non plus voulu commenter les nouvelles règles d'entrée aux Etats-Unis.

Nestlé souligne pour sa part que la grande majorité de ses salariés aux Etats-Unis sont des employés locaux et dit ne pas avoir connaissance de problème particulier pour l'heure. Une porte-parole du géant alimentaire vaudois, qui possède 87 usines dans le pays, explique toutefois «suivre de près l'évolution de la situation dans le monde et donner en conséquence des conseils à ses voyageurs en toutes circonstances».

Craintes mondiales

Contrairement à la plupart des sociétés suisses, les entreprises allemandes se sont montrées très préoccupées par l'évolution aux Etats-Unis. «Avec la mise en oeuvre de ses promesses de campagne, le président américain perturbe de nombreux groupes allemands», a notamment déclaré à Reuters Martin Wansleben, responsable de la chambre de commerce et industrie allemande.

L'ampleur de l'impact est toutefois encore incertaine. «Il règne en ce moment une véritable confusion aux frontières», a-t-il souligné. Tout cela complique les affaires des sociétés dans un monde globalisé.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.