Pouvoir et rebelles soutiennent la paix

YemenLe gouvernement yéménite va participer aux négociations de paix avec les rebelles houthis proposées par l'ONU.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les rebelles et le pouvoir au Yémen se sont dits favorables lundi aux efforts de paix de l'ONU, ouvrant la voie à de nouvelles négociations pour un règlement politique du conflit qui ravage le pays depuis plus de trois ans.

La ville portuaire de Hodeida, qui illustre à elle seule la complexité de ce conflit, a connu en soirée des combats entre rebelles et forces pro-gouvernementales, les plus violents depuis la désescalade de mercredi.

Ces combats ont touché la partie orientale de la ville où les rebelles ont déclenché des tirs d'artillerie auxquels les forces pro-gouvernementales ont riposté, tandis que l'aviation de la coalition menée par l'Arabie saoudite a lancé 12 raids aériens contre les positions des insurgés, selon des responsables des forces loyalistes.

Pourparlers à Stockholm?

Cette poussée de violence s'est produite en dépit des appels au calme et de la présentation au Conseil de sécurité de l'ONU par la Grande-Bretagne d'un projet de résolution demandant une trêve dans la ville et le passage, sans obstacles, de l'aide humanitaire.

Aucune date n'a été fixée pour le vote de ce texte, présenté après un rapport de l'émissaire de l'ONU Martin Griffiths qui a proposé la tenue de pourparlers à Stockholm et est attendu mercredi dans la capitale yéménite Sanaa selon son bureau à Amman.

M. Griffiths a dit à la télévision Sky news qu'il tablait sur un démarrage des négociations «dans quelques semaines». Et le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a indiqué qu'elles pourraient avoir lieu «début décembre».

Le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, a déclaré qu'il enverrait une délégation à Stockholm. Avant lui, le chef rebelle Mohammed Ali al-Houthi a exhorté ses partisans à mettre fin «aux tirs de missiles et drones» et proposé «de cesser toutes les opérations militaires sur tous les fronts», pour montrer les «bonnes intentions» des rebelles.

Dans un tweet, M. Griffiths a salué l'annonce rebelle et espéré que toutes les parties poursuivent leurs efforts de retenue «pour créer un environnement propice à la tenue» de consultations.

Risques de «chaos» et de «famine»

En 2015, l'Arabie saoudite sunnite, voisine du Yémen, a pris la tête d'une coalition militaire pour aider le gouvernement Hadi à stopper une offensive des rebelles Houthis, soutenus par l'Iran chiite, puissance régionale rivale du royaume saoudien.

Ce pays pauvre, en proie à la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU, est quasiment divisé en deux, les forces progouvernementales contrôlant le sud et une bonne partie du centre et les rebelles Sanaa ainsi que le nord et une bonne partie de l'ouest. Les Houthis opposent une résistance farouche à la coalition et multiplient les tirs de missiles contre l'Arabie saoudite. Plusieurs séries de négociations ont échoué ces dernières années.

Vendredi à l'ONU, M. Griffiths a affirmé que le pouvoir et les rebelles avaient montré un «engagement renouvelé» à travailler à une solution politique et présenté des «garanties solides» selon lesquelles ils participeraient aux pourparlers.

Selon lui, la coalition militaire a accepté des «arrangements logistiques» afin d'ouvrir la voie à des discussions, y compris sur des évacuations médicales de Sanaa, et un accord sur un échange de prisonniers est près d'être conclu. A Sky News, il a mis en garde contre un échec de ce processus évoquant les risques d'une famine et ceux d'un «chaos» et d'une résurgence du «terrorisme».

Pour M. Le Drian, «cette guerre ne peut (...) se régler que par le compromis politique». Il a évoqué une «Arabie saoudite un peu affaiblie» et des «Houthis sous pression de l'Iran qui n'a pas intérêt à s'engager davantage dans ce conflit».

«Préserver le sang»

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a aussi confirmé «l'appui» de son pays «à une solution politique», en affirmant que son pays était intervenu au Yémen par «devoir, celui de soutenir le peuple yéménite face aux milices appuyées par l'Iran».

La guerre au Yémen a fait quelque 10'000 morts, selon l'ONU qui fait état de 14 millions de personnes en situation de pré-famine. Hodeida, sur la mer Rouge, est le point d'entrée de plus des trois-quarts des importations et de l'aide humanitaire internationale au Yémen.

A Sanaa, la perspective d'une fin du conflit est considérée comme le résultat de la «résistance face à l'agression», selon l'expression du «ministre de l'Information» des insurgés Daïfallah Chami. Mohammed al-Jouri, un habitant de Sanaa, a lui appelé la coalition à «saisir une occasion de préserver le sang» des Yéménites. (afp/nxp)

Créé: 19.11.2018, 13h18

Articles en relation

Les Houthis seraient prêts à un cessez-le-feu

Yémen Un responsable rebelle yéménite Houthis s'est prononcé pour un gel des opérations rebelles contre les forces gouvernementales. Plus...

L'ONU réclame des pourparlers de paix

Yémen Le médiateur de l'ONU pour le Yémen a annoncé son intention d'organiser des pourparlers de paix «rapidement». Plus...

La coalition arabe ordonne l'arrêt des combats

Yémen La coalition arabe sous conduite saoudienne, qui intervient depuis mars 2015, a ordonné de cesser les combats dans Hodeïda. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.