Le gouvernement roumain renversé, élections en vue

Roumanie Minoritaire au parlement, l'exécutif de Ludovic Orban a fait les frais d'une motion de censure votée par les députés roumains.

Le gouvernement de Ludovic Orban n'aura pas fait long à la tête de la Roumanie.

Le gouvernement de Ludovic Orban n'aura pas fait long à la tête de la Roumanie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parlement roumain a renversé mercredi le gouvernement libéral minoritaire de Ludovic Orban, en place depuis à peine trois mois, ouvrant la voie à des élections anticipées. La motion de censure a été acceptée par 261 élus sur 465.

«Nous avons perdu une bataille»

«Le gouvernement Orban a été démis. C'est un grand pas pour la démocratie», a annoncé Marcel Ciolacu, président de la chambre des députés et chef de file des sociaux-démocrates (PSD, opposition) à l'origine d'une motion.

«Nous avons perdu une bataille, mais, pour la Roumanie, nous gagnerons la prochaine manche», a répliqué Ludovic Orban, 56 ans, issu du parti national libéral (PNL, centre-droit), selon qui «le gouvernement est tombé debout».

Le PNL a annoncé qu'il allait mener des consultations jeudi avec le président Klaus Iohannis pour décider de sa stratégie. Le chef de l'État est appelé à désigner un nouveau premier ministre. Il est issu du PNL.

Réforme de la loi électorale

Un projet d'amendement est à l'origine de cette nouvelle crise politique dans ce pays membre de l'Union européenne. Les libéraux voulaient réformer la loi électorale pour rétablir un système de vote à deux tours aux élections.

Or, des municipales ont lieu dans six mois et le PSD aurait pu perdre lors de ce scrutin la moitié des quelque 1700 maires dont il dispose actuellement, car des candidats de centre-droit auraient pu s'allier contre lui entre les deux tours, selon les analystes.

En perte de vitesse, cette formation paie le prix d'une refonte controversée de la justice entamée en 2017, qui a suscité des manifestations d'une ampleur sans précédent en Roumanie. Selon un sondage publié lundi, les sociaux-démocrates ont chuté à 20% des intentions de vote, contre 45% aux législatives de 2016.

47% des intentions de vote

Les libéraux ont en revanche le vent en poupe: dopés par la réélection de Klaus Iohannis en novembre, ils sont crédités de 47%. Les intentions de vote dont ils disposent ont doublé en quatre ans.

Nommé premier ministre en novembre, après le renversement du gouvernement social-démocrate de Viorica Dancila par une motion de censure, Ludovic Orban espère être nommé de nouveau à la tête du gouvernement par Klaus Iohannis. «Je suis confiant: le président désignera un premier ministre répondant aux attentes des Roumains», a-t-il déclaré peu avant le vote. (ats/nxp)

Créé: 05.02.2020, 16h12

Articles en relation

La Roumanie commémore la révolution de 1989

Balkans Une cérémonie en l'honneur des victimes de la révolution roumaine de 1989 a eu lieu dimanche à Bucarest. Les manifestants ont observé une minute de silence. Plus...

La Roumanie devrait rester très pro-européenne

Politique Bucarest devrait réélire son président sortant très pro-européen à l'occasion de son élection présidentielle le 24 novembre prochain. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.