Mike Pence a utilisé un email privé

Etats-UnisLe vice-président estime que son cas n'est pas comparable avec celui d'Hillary Clinton, très critiquée pour des faits semblables.

Mike Pence lors d'un discours à Washington. (Jeudi 2 mars 2017) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le vice-président américain Mike Pence a estimé vendredi que l'utilisation d'une messagerie privée, par lui quand il était gouverneur et par Hillary Clinton quand elle était secrétaire d'Etat, n'étaient pas comparables.

Mike Pence a affirmé qu'il n'y avait «absolument aucune comparaison» entre son utilisation d'un compte de messagerie standard AOL, qui a en outre été piraté l'an dernier, et l'usage d'une messagerie privée par Hillary Clinton. La démocrate a, selon lui, «fait mauvais usage d'informations classifiées, détruit des emails quand le Congrès les lui demandait», a fait valoir Mike Pence lors d'un déplacement dans le Wisconsin.

«Je suis très confiant dans le fait que nous avons parfaitement respecté toutes les lois de l'Indiana. Et dans mes fonctions de vice-président je continuerai» à respecter la loi, a-t-il ajouté.

Très critique envers Hillary

Durant la campagne pour l'élection présidentielle en 2016, Donald Trump et Mike Pence avaient vivement critiqué leur rivale démocrate Hillary Clinton pour avoir utilisé une messagerie privée, reliée à un serveur privé, quand elle était secrétaire d'Etat.

Les républicains estimaient que Hillary Clinton avait pu mettre en péril la sécurité de l'Etat en utilisant ce compte privé non sécurisé. La police fédérale (FBI) avait enquêté sur ce dossier mais avait décidé de ne pas poursuivre la candidate. Le scandale avait cependant sérieusement ébranlé sa campagne.

Des emails obtenus par l'Indianapolis Star, journal de l'Indiana, ont montré que Mike Pence utilisait sa messagerie privée, qui aurait été piratée l'été dernier selon le quotidien, pour discuter de «questions sensibles» et relatives à la «sécurité nationale». L'Indianapolis Star indique que le bureau du vice-président a confirmé que «Mike Pence avait une boîte email officielle et une autre personnelle».

«En tant que gouverneur, Mike Pence s'est entièrement conformé à la loi de l'Indiana concernant l'utilisation des emails et leur conservation», a précisé son bureau au quotidien.

La loi de l'Indiana n'empêche pas les élus d'utiliser un compte personnel d'emails, mais demande en général que les messages concernant les affaires publiques soient conservés. (ats/nxp)

Créé: 04.03.2017, 00h20

Galerie photo

En images, la levée de boucliers contre Donald Trump

En images, la levée de boucliers contre Donald Trump Dès son investiture le 20 janvier 2016, Donald Trump a été contesté par des manifestations dans le monde entier.

Articles en relation

La visite de Mike Pence à Bruxelles suscite des manifs

UE Le vice-président américain poursuit ce lundi à Bruxelles sa tournée européenne en essayant d'arrondir les angles. Plus...

Mike Pence visite le camp nazi de Dachau

Allemagne Le vice-président américain Mike Pence s'est recueilli dimanche lors d'une visite du camp nazi de Dachau en Allemagne. Plus...

Ministre nommée grâce au vote décisif de Mike Pence

Etats-Unis Betsy DeVos doit au vice-président américain de se retrouver à la tête de l'Education: sa voix a permis de faire basculer le Sénat. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.