Passer au contenu principal

Les députés allemands débloquent les aides à la Grèce

Le dernier blocage des aides internationales pour la Grèce a été levé. Le gouvernement grec a par ailleurs lancé un projet pour la réouverture de la télévision publique.

L'Allemagne a levé le blocage de l'aide grecque.
L'Allemagne a levé le blocage de l'aide grecque.
Reuters

Les députés allemands ont levé ce vendredi 27 février le dernier blocage aux aides internationales qui doivent accorder un répit à la Grèce. Malgré leur scepticisme à l'égard du nouveau gouvernement grec, ils ont approuvé une extension de quatre mois de cette aide, décidée mardi par les Européens.

Le prolongement jusqu'au 30 juin du programme d'aides a été approuvé par 541 voix contre 32. Aucun plan d'aide à un autre pays de l'Union européenne n'avait obtenu une telle majorité. Treize députés ont voté blanc.

Les voix critiques sont essentiellement issues des rangs conservateurs. Certains députés avaient dit ressentir «des maux de ventre» à l'idée de devoir soutenir le gouvernement d'Alexis Tsipras, élu fin janvier sur la promesse de porter un coup d'arrêt à la politique d'austérité défendue par l'Allemagne.

Décision difficile

Lors d'un vibrant plaidoyer pro-européen avant le vote, le ministre des Finances Wolfgang Schäuble avait exhorté les députés à donner leur aval, tout en reconnaissant qu'il s'agissait d'une décision difficile. Un refus «causerait trop de dégâts à notre peuple et à notre avenir», a-t-il déclaré.

«Nous Allemands, devons agir sans relâche pour assurer la cohésion de l'Europe», a-t-il ajouté. «Il n'est pas question d'accorder de nouveaux milliards à la Grèce, ni de changer quoi que ce soit à ce programme. Il s'agit de donner ou d'accorder plus de temps pour achever ce programme avec succès», a-t-il plaidé, répondant indirectement au quotidien populaire Bild qui titrait jeudi: «Nein! Plus de milliards pour les Grecs cupides!».

Dans une interview à une radio allemande, le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a de son côté enjoint Athènes à «respecter ses obligations envers ses partenaires européens et le Fonds monétaire international» (FMI).

Bras de fer

Le Bundestag était le seul Parlement en Europe appelé à se prononcer sur cet accord. Les élus devaient dire s'ils approuvaient ou non l'extension de quatre mois d'un programme européen pour la Grèce, adopté en 2012 et qui prévoit 140 milliards d'euros d'aides sous forme de prêts. Ce programme devait expirer ce vendredi à minuit.

Cette extension avait été arrachée mardi à l'issue d'un intense bras de fer entre Berlin et Athènes, au cours duquel le ton est monté très haut, notamment entre Wolfgang Schäuble et son homologue grec Yanis Varoufakis. Le gouvernement d'Alexis Tsipras s'était finalement engagé à poursuivre ses réformes et les mesures d'économie.

Programme volontairement flou

Yanis Varoufakis a évoqué ces derniers jours la possibilité d'une décote de la dette publique et laissé entendre qu'Athènes aurait du mal à honorer ses obligations envers ses créanciers au cours des prochains mois.

Vendredi, le ministre grec des finances a indiqué avoir délibérément présenté un programme de réformes flou pour s'assurer l'aval des parlements de la zone euro. Cette déclaration, perçue comme une provocation à Berlin, annonce que le bras de fer est loin d'être terminé.

Réouverture d'ERT

Le gouvernement grec a par ailleurs annoncé vendredi le dépôt d'un projet de loi au Parlement, jeudi prochain, portant sur la réouverture de la radiotélévision publique ERT. Ce texte prévoit «le retour au travail des licenciés (...) qui le souhaitent», a indiqué une source gouvernementale, tout en assurant que le projet serait neutre pour les finances de l'Etat.

Nikos Pappas, conseiller du Premier ministre Alexis Tsipras, a cependant déclaré à la télévision que le gouvernement «n'exclut pas une augmentation de la redevance» pour financer le retour de l'ERT. Sa fermeture soudaine en 2013 par le gouvernement de coalition droite-socialistes avait provoqué un émoi international.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.