On lui greffe les poumons d'une fumeuse, elle meurt

FranceUne femme est décédée d'un cancer contracté après avoir eu en greffe des poumons d'une personne qui grillait un paquet de cigarettes par jour.

«Le court délai entre la greffe des poumons et l'apparition de la première anomalie radiologique suggère que la carcinogenèse avait commencé au cours de la vie du donneur.» (Image prétexte)

«Le court délai entre la greffe des poumons et l'apparition de la première anomalie radiologique suggère que la carcinogenèse avait commencé au cours de la vie du donneur.» (Image prétexte) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une patiente qui était atteinte de mucoviscidose a développé un cancer en France peu de temps après avoir reçu en greffe les poumons d'une fumeuse, selon une étude parue dans la revue Lung Cancer, qui alerte sur le risque de transplanter de tels organes.

La patiente était suivie depuis l'enfance pour une fibrose kystique. Après une rapide dégradation de ses fonctions respiratoires, typique de la mucoviscidose, les médecins décident, en novembre 2015, de procéder à une transplantation pulmonaire.

«Selon la base des donneurs, les poumons greffés ont été prélevés chez une femme de 57 ans fumant un paquet par jour depuis 30 ans», précise l'étude, menée par des médecins du CHU de Montpellier. Elle précise que les examens pratiqués au moment de la mort cérébrale de la donneuse n'avaient révélé aucune anomalie.

«Court délai»

En juin 2017, la patiente greffée, malade, est admise en unité d'oncologie thoracique de l'hôpital universitaire de Montpellier. Deux mois plus tard, elle décède d'un cancer du poumon sans qu'aucune thérapie ne puisse être tentée.

Selon l'étude, les symptômes rappellent fortement ceux des cancers causés par le tabagisme.

«Le court délai entre la greffe des poumons et l'apparition de la première anomalie radiologique suggère que la carcinogenèse avait commencé au cours de la vie du donneur», ajoutent les auteurs des travaux. Un cancer dont la croissance aurait été largement accélérée par les traitements immunosuppresseurs que la patiente a suivis pour éviter le rejet de ses nouveaux poumons.

Selon le Dr Jean-Louis Pujol et ses collègues, «compte tenu du temps de latence, relativement long, du cancer du poumon, nous proposons que les greffes provenant de donneurs fumeurs (ou qui ont récemment arrêté) soient envisagées avec précaution». (afp/nxp)

Créé: 03.11.2018, 18h34

Articles en relation

Lausanne inaugure un centre contre le cancer

Vaud Le nouveau pôle Agora, qui réunira près de 300 spécialistes de la recherche sur le cancer, a été inauguré ce mercredi à Lausanne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.