Passer au contenu principal

Présidentielle américaineLa grosse gaffe de Joe Biden

Les bourdes ne sont pas le lot que des républicains. C'est au tour du vice-président Joe Biden d'avoir fait des siennes lors d'un discours, alors qu'il s'exprimait sur la classe moyenne.

Le vice-président américain Joe Biden a surpris les commentateurs mardi en affirmant que la classe moyenne avait été «accablée» au cours des quatre dernières années. Soit le temps passé à la Maison Blanche par son président Barack Obama.

Joe Biden, colistier du président démocrate pour l'élection présidentielle du 6 novembre, a commis cet impair alors qu'il accusait leur adversaire républicain Mitt Romney de vouloir baisser les impôts des plus riches au détriment de la majorité des Américains.

«Comment peuvent-ils justifier (...) une augmentation des impôts pour la classe moyenne, qui a été accablée au cours des quatre dernières années?», s'est-il demandé, lors d'un rassemblement à Charlotte, en Caroline du Nord.

«Nous avons déjà vu ce film auparavant: des réductions d'impôts massives pour les riches, l'élimination des restrictions encadrant Wall Street, la liberté donnée aux banques d'écrire leurs propres règles. Nous savons où cela mène. Cela mène à la catastrophe pour les classes moyennes, cela mène à la Grande récession de 2008», a poursuivi Joe Biden.

Réactions immédiates

A la veille du premier débat télévisé entre les deux candidats à la Maison Blanche, jugé déterminant pour un Mitt Romney en retard dans les sondages, le camp républicain a immédiatement réagi, voyant dans la sortie de Joe Biden un «aveu stupéfiant».

«Le vice-président Biden vient de dire que les classes moyennes, ces quatre dernières années, avaient été 'accablées'. Nous sommes d'accord», a lancé Paul Ryan, qui complète le «ticket» républicain, lors d'un déplacement électoral dans l'Iowa.

Dans un communiqué, Amanda Henneberg, une des porte-parole de campagne du candidat républicain, a affirmé: «Sous la présidence Obama, les classes moyennes ont souffert d'un chômage écrasant, de hausses des prix et de revenus en chute». L'équipe d'Obama a accusé en retour les républicains de se livrer à une «attaque désespérée» en sortant les propos de Biden de leur contexte.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.