Une guérilla urbaine ternit l’inauguration de l’Expo

MilanL’ouverture de l’Expo universelle a été perturbée par des casseurs venus de toute l’Europe qui ont dévasté les rues de la capitale lombarde.

Une manifestation rassemblant 20?000 participants contraires à l’Expo avait commencé pacifiquement, mais un noyau de 300 antagonistes violents a mis Milan à feu et à sang.?

Une manifestation rassemblant 20?000 participants contraires à l’Expo avait commencé pacifiquement, mais un noyau de 300 antagonistes violents a mis Milan à feu et à sang.? Image: REUTERS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Milan a vécu hier une journée surréaliste. A midi, Matteo Renzi a inauguré devant des dizaines de chefs d’Etat l’Exposition universelle consacrée à l’alimentation. Une inauguration réussie malgré les craintes de la veille sur les retards des travaux et ponctuée par un émouvant discours du pape François depuis le Vatican.

Mais dans l’après-midi, un noyau de 300 antagonistes violents a mis la capitale lombarde à feu et à sang. Armés de barres de fer, de battes de baseball, de pavés et de cocktails Molotov, ils ont attaqué les forces de l’ordre et incendié une dizaine de voitures. A Largo d’Ancona, en plein cœur de Milan, ils ont incendié une filiale de la banque Unicredit et un magasin. Une dizaine de policiers ont été blessés aux cours des affrontements.

Guérilla urbaine

La manifestation rassemblant 20 000 participants contraires à l’Expo avait pourtant commencé pacifiquement. Mais c’est en queue de cortège que 300 «black bloc» se sont livrés à la guérilla urbaine. Quand la police arrivait sur le lieu des échauffourées, elle ne trouvait au sol que des vêtements noirs abandonnés par les antagonistes qui, s’étant dépouillés de leur tenue de guerre, avaient réintégré le cortège. Toutefois, la stratégie des forces de l’ordre a consisté à contenir les franges violentes grâce à un déploiement exceptionnel de 3700 agents tout en évitant les affrontements. Le pire a été évité.

Les «noirs» – c’est leur surnom dans les milieux de l’antagonisme anticapitaliste violents – avaient promis de ruiner la fête de Milan lors de leur dernière apparition à Francfort contre la Banque centrale européenne en mars. Ils ont donc tenu parole.

Sous les sigles Blockupy et D19-20, des «black bloc» français, allemands et anglais ont convergé aux cours des derniers jours vers la capitale lombarde. Ils ont été rejoints par la frange la plus violente des «No Tav», les opposants à la liaison grande vitesse Lyon-Turin, les «zapatistes de libération nationale» espagnols et les anarchistes insurrectionnels grecs. C’est Antifa, un comité international antifasciste, anarchiste et libertaire qui a géré l’organisation sur Internet.

Descentes dans des squats

En début de semaine, des descentes de police dans des squats avaient permis d’interpeller plusieurs dizaines de «black bloc» et de saisir de dépôts de barres de fer et de cocktails Molotov. Mais les antagonistes violents avaient eu la sagesse de se disperser dans la ville.

Hier au soir, alors que dans les rues dévastées des camions enlevaient les voitures brûlées, la fête mondaine a repris ses droits avec la première de Turandot dans le prestigieux théâtre de la Scala.

Outre les chefs d’Etat venus pour l’Expo, de nombreuses stars du show-business, invitées par le couturier Giorgio Armani qui fêtait ses quarante ans de carrière, étaient présentes. Robes de soirée et smokings sur fond de gaz lacrymogène et le quartier de la Scala blindé par 2000 policiers: une journée que Milan n’est pas près d’oublier.

Créé: 01.05.2015, 22h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...