Pour Haddad, Bolsonaro «fomente la violence»

BrésilFernando Haddad est passé à l'offensive face à son adversaire d'extrême droite Jair Bolsonaro, à 15 jours du second tour.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fernando Haddad, le candidat de gauche au second tour de la présidentielle au Brésil, a accusé samedi son adversaire d'extrême droite Jair Bolsonaro, de «fomenter la violence». Il le considère aussi comme une menace pour la démocratie.

«Mon adversaire fomente la violence, y compris la culture du viol. Il a dit à une députée qu'il ne la violerait pas parce qu'elle ne le méritait pas. Vous voulez un signal plus fort?», a lancé Fernando Haddad lors d'un entretien avec l'AFP, rappelant les propos de son adversaire à l'encontre de la députée de gauche Maria do Rosario, en 2014.

«Armer la population ne va rien résoudre, c'est l'Etat qui doit s'occuper de la sécurité publique», a ajouté le candidat du Parti des Travailleurs (PT), en référence à une proposition-phare de Bolsonaro, favori du deuxième tour du 28 octobre, de libéraliser le port d'arme alors que le pays connaît une flambée de violence.

Fernando Haddad, qui a obtenu 29% des voix au premier tour du 7 octobre, loin derrière un Bolsonaro à 46%, croit tout de même en ses chances, même si le premier sondage de l'entre-deux tours donne le candidat d'extrême droite largement vainqueur (58% contre 42%). «Cette personne est en tête des sondages, mais elle va perdre», a assuré l'ex-maire de Sao Paulo.

«Problème institutionnel»

«Comment une personne qui prône l'intolérance peut-elle promettre la sécurité?», a poursuivi celui qui a remplacé en tant que candidat du PT l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, incarcéré pour corruption et déclaré inéligible.

Une série d'agressions la semaine dernière de militants de gauche attribuée à des bolsonaristes a inquiété au Brésil. Et Jair Bolsonaro avait dû appeler ses partisans au calme. Pour Haddad, l'ex-capitaine de l'armée «a très peu de propositions» pour résoudre les problèmes de sécurité.

«La sécurité est un problème institutionnel et il doit être résolu par le biais d'une réforme qui donnera de nouvelles attributions à la police fédérale» pour coordonner la lutte contre le crime organisé, a-t-il affirmé. Au Brésil, les forces de sécurité sont sous la responsabilité de chacun des 27 Etats, sans réelle coordination au niveau national, malgré la création récente d'un ministère de la Sécurité publique.

Les erreurs du PT

Fernando Haddad a admis que le PT «a commis des erreurs» lors des 13 années qu'il a passées au pouvoir (2003-2016). Il a reconnu que la «corruption est une chose intolérable» au Brésil, promettant de «renforcer les contrôles internes dans les entreprises publiques».

Depuis 2014, l'opération «Lavage-express», plus grande enquête anticorruption de l'histoire du Brésil, a révélé un gigantesque réseau de détournement de fonds liés à des entreprises publiques, notamment la compagnie pétrolière Petrobras.

Les scandales ont éclaboussé pratiquement tous les partis traditionnels, y compris le PT de Lula, qui purge depuis avril une peine de 12 ans et un mois de réclusion, même s'il nie farouchement toute malversation.

Lula «très satisfait»

Parfois accusé d'être une «marionnette» de Lula, à qui il a rendu visite dans sa prison tous les lundis ces dernières semaines, M. Haddad nie avoir reçu quelconque recommandation de la part de son mentor lors de sa visite au lendemain de sa qualification.

«Il était juste très satisfait que j'aille au second tour», a-t-il révélé, rappelant qu'il a dû sauter dans le train de la campagne en marche un mois seulement avant le premier tour, quand Lula, devenu inéligible, a jeté l'éponge.

«Personne ne pensait que j'arriverais au second tour. J'ai obtenu 29% des voix, j'ai 42% d'intentions de vote, donc je trouve qu'en un mois nous avons fait un beau travail», a-t-il conclu. (ats/nxp)

Créé: 14.10.2018, 05h58

Articles en relation

Une vague d'agressions s'abat sur la présidentielle

Brésil Attaques physiques et menaces contre des adversaires politiques, journalistes ou homosexuels font redouter le pire au Brésil. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.