Haley n'arrive pas à faire condamner le Hamas

ONUL'ambassadrice américaine à l'ONU a échoué jeudi à faire passer une résolution condamnant le mouvement islamiste Hamas.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Etats-Unis ne sont pas parvenus jeudi à faire condamner le mouvement islamiste palestinien Hamas par l'Assemblée générale de l'ONU, la résolution de l'ambassadrice américaine Nikki Haley ne recueillant pas la majorité nécessaire à son adoption.

Au préalable, le Koweït avait, lors d'un vote de procédure gagné de seulement trois voix, obtenu qu'une règle d'une majorité aux deux tiers soit appliquée au texte américain malgré de vives critiques de Nikki Haley. Le texte des Etats-Unis n'a recueilli que 87 voix, dont celles de l'Union européenne. Cinquante-sept pays ont voté contre et 33 se sont abstenus.

«Une simple majorité est requise», avait plaidé en vain Nikki Haley avant le scrutin, tenu avec une heure de retard en raison «de négociations de dernière minute», selon la présidence de l'Assemblée générale.

Une «gifle» pour Washington, selon le Hamas

Cette enceinte, dont les résolutions n'ont pas de valeur contraignante, «n'a jamais rien dit sur le Hamas», avait ajouté la diplomate américaine, en dénonçant une «politique de deux poids deux mesures» aux dépens d'Israël.

«La décision (d'un vote de procédure) vise à entraver» l'adoption de la résolution américaine, «et mon frère du Koweït le sait très bien», avait ajouté l'ambassadrice américaine. La règle des deux tiers a été approuvée par 75 voix, 72 pays s'exprimant contre --dont l'Union européenne-- et 26 Etats se sont abstenus.

«L'échec de l'entreprise américaine aux Nations unies constitue une gifle pour l'administration des Etats-Unis et une confirmation de la légitimité de la résistance», a déclaré un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zahri, utilisant une formule faisant référence aux groupes armés hostiles à Israël.

«Affaire très personnelle»

La présentation de sa résolution, soutenue par l'UE après un léger ajout de langage vague visant à soutenir une solution de paix au Proche-Orient sur la base des «résolutions pertinentes» déjà adoptées à l'ONU, constituait l'un des derniers faits d'armes de Nikki Haley, qui a récemment annoncé quitter ses fonctions en fin d'année.

Selon des diplomates, Nikki Haley, soutien inconditionnel d'Israël, avait fait de cette condamnation du Hamas «une affaire très personnelle». Son projet de texte condamnait «le Hamas pour des tirs répétés de roquettes en Israël et pour incitation à la violence, mettant la vie de civils en danger». Il exigeait «que le Hamas et d'autres entités militantes incluant le Jihad islamique palestinien cessent toutes les provocations et activités violentes dont le recours à des engins aériens incendiaires».

Sous la pression des Européens, les Palestiniens et les pays arabes avaient renoncé à amender le texte américain pour y introduire des rappels précis des résolutions liées à la demande d'une fin de l'occupation israélienne, au statut de Jérusalem-Est et à la solution de deux Etats dans les frontières reconnues en 1967, largement soutenue dans le monde. Ils ont transformé leur amendement en projet de résolution qui devait être mis au vote dans l'après-midi à l'Assemblée générale de l'ONU.

L'objectif de l'Union européenne «était d'éviter une confrontation dont tout le monde serait sorti perdant», a expliqué un diplomate sous couvert d'anonymat. Il s'agissait aussi de préserver «l'unité de l'Union européenne», a-t-il ajouté. «Personne ne comptait avancer» sur le processus de paix avec les textes en débat jeudi, a précisé cette source.

Le chef du Hamas Ismaïl Haniya s'était plaint dès le 28 novembre de la démarche américaine dans une lettre rare à la présidence de l'Assemblée générale de l'ONU. La missive, remise au représentant de l'ONU à Gaza, n'est cependant jamais arrivée à destination. Elle a été transmise au seul pouvoir légitime reconnu par l'ONU, à savoir l'Autorité palestinienne, qui l'a toujours en mains, selon une source onusienne. (afp/nxp)

Créé: 06.12.2018, 23h31

Galerie photo

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine Le conflit israélo-palestinien a pris naissance à la fin du XIXe siècle. De la déclaration Balfour promettant la création d'un Foyer national juif à la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Articles en relation

Le Hamas annonce un cessez-le-feu avec Israël

Proche-Orient Une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur Gaza a été infructueuse mardi soir. Un cessez-le-feu a été annoncé par le Hamas. Plus...

La porte-voix de Trump à l'ONU a démissionné

Diplomatie Donald Trump a perdu une «amie» de poids, avec la démission mardi de Nikki Haley, l'ambassadrice américaine à l'ONU. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...