L'héritier de Samsung libre après interrogatoire

Corée du SudL'actuel vice-président fait l'objet d'une enquête dans le scandale de corruption qui secoue le pays.

Lee Jae-Yong, le vice-président de Samsung, à Séoul (Corée du Sud) le 12 janvier 2017.

Lee Jae-Yong, le vice-président de Samsung, à Séoul (Corée du Sud) le 12 janvier 2017. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'héritier du géant sud-coréen Samsung, Lee Jae-Yong, est rentré chez lui vendredi après un interrogatoire marathon. Celui-ci entrait dans le cadre de l'enquête sur le gigantesque scandale de corruption qui a valu à la présidente Park Geun-Hye d'être destituée.

Les enquêteurs spéciaux chargés de l'affaire décideront cette fin de semaine de demander ou non à la justice de prononcer un mandat d'arrêt officiel à l'encontre de l'héritier du premier «chaebol» (grand conglomérat) du pays, pour corruption et abus de pouvoir, a expliqué le porte-parole de cette équipe indépendante, Lee Kyu-Chul.

Lee Jae-Yong, vice-président de Samsung Electronics, fils du président du groupe Samsung Lee Kun-Hee et petit-fils de son fondateur, a été entendu pendant 22 heures sur des soupçons de corruption. Le visage tendu par la fatigue, il n'a pas répondu aux questions des journalistes en sortant du bureau des enquêteurs vendredi matin.

Considéré comme suspect

Ceux-ci avaient annoncé mercredi que M. Lee était considéré comme un suspect dans ce scandale à rebondissements centré autour de l'amie de 40 ans de Mme Park, Choi Soon-Sil.

Choi Soon-Sil est actuellement jugée pour avoir profité de ses relations avec Mme Park afin de soutirer des sommes astronomiques aux conglomérats sud-coréens. Ces derniers ont versé des millions de dollars à des fondations privées créées par cette confidente de l'ombre.

Autres arrestations possibles

Trois autres dirigeants de Samsung risquent aussi l'arrestation, a indiqué Lee Kyu-Chul. Plus d'une dizaine de personnes ont été arrêtées dans cette affaire, dont Mme Choi et sa nièce, les anciens ministres de la Culture et des Affaires sociales, un ancien directeur de cabinet présidentiel et un professeur d'université.

Samsung est le conglomérat qui s'est montré le plus généreux en donnant aux fondations de Mme Choi 20 milliards de wons (17,2 millions de francs, suivi par Hyundai, SK, LG et Lotte.

Le géant sud-coréen est également accusé d'avoir versé des millions d'euros à Mme Choi sous couvert de financer en Allemagne les entraînements sportifs de cavaliers sud-coréens, parmi lesquels la fille de la confidente.

Fusion controversée

Cela fait des mois que les enquêteurs entendent M. Lee et d'autres cadres dirigeants de Samsung pour déterminer si le groupe a soudoyé Mmes Choi et Park afin d'obtenir le feu vert du gouvernement à une fusion controversée en 2015.

Cette fusion entre deux unités du groupe, Cheil Industries et C&T, était considérée comme une étape cruciale pour assurer une passation de pouvoir en douceur au profit de Lee Jae-Yong.

Elle avait été vertement critiquée par certains actionnaires au motif que la valeur de C&T aurait été délibérément sous-estimée, mais la Caisse nationale de retraite (NPS), gros actionnaire de Samsung sous tutelle du ministère des Affaires sociales, avait donné son feu vert à l'opération.

Samsung dément

Samsung a démenti avoir cherché à obtenir des faveurs auprès des pouvoirs publics.

Le Parlement a voté le 9 décembre la destitution de Mme Park, accusée de collusion avec Mme Choi. La Cour constitutionnelle doit encore entériner ou non ce spectaculaire limogeage de la présidente qui dément ces accusations.

Le scandale a mis une nouvelle fois en lumière les relations parfois malsaines entre le monde des affaires et le pouvoir politique en Corée du Sud. (afp/nxp)

Créé: 12.01.2017, 05h22

Articles en relation

Samsung prévoit un bond de son bénéfice

Corée du Sud Malgré l’échec de la commercialisation du Galaxy Note 7, le géant de l'électronique affiche une belle santé économique. Plus...

Crise politique: un ex-ministre en détention provisoire

Corée du Sud L'ancien ministre de la Santé a reconnu avoir fait pression pour une fusion au sein de Samsung. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.