Hillary Clinton accusée de «tricherie» aux primaires

Etats-UnisLa candidate démocrate a-t-elle «volé» l'investiture du parti à son rival Bernie Sanders? De nouvelles révélations semblent aller dans ce sens.

Donald Trump a souvent accusé «Hillary la crapule».

Donald Trump a souvent accusé «Hillary la crapule». Image: Archives/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parti démocrate américain était de facto sous la coupe d'Hillary Clinton avant même qu'elle en remporte l'investiture présidentielle en 2016, a raconté l'ancienne présidente intérimaire du parti. Elle confirme ainsi les accusations de Bernie Sanders.

Le pavé a été lancé dans la mare par Donna Brazile, présidente par intérim du comité démocrate national (DNC) de juillet 2016 à février 2017, dans un livre à paraître la semaine prochaine aux Etats-Unis.

Elle y raconte que le parti et l'équipe de campagne d'Hillary Clinton ont signé un accord en août 2015 pour que le camp Clinton aide à renflouer le parti, très endetté - ce volet était connu publiquement. En échange, l'équipe Clinton disposait d'un droit de veto sur le poste de directeur de la communication du parti et d'autres - ce qu'on ignorait.

«En échange de lever de l'argent et d'investissements dans le DNC, Hillary contrôlait les finances et la stratégie du parti, et tout l'argent levé», écrit Donna Brazile, selon de bonnes feuilles publiées jeudi par Politico. «Le DNC était également obligé de consulter l'équipe de campagne sur le reste du personnel, le budget, les données, le travail d'analyse et les mailings».

Pas illégal mais pas très éthique

Elle dit n'avoir compris cet arrangement, secret, que fin juillet 2016, quelques jours après avoir remplacé au pied levé Debbie Wasserman Schultz. La patronne du DNC venait d'être «démissionnée» en pleine convention d'investiture, après la publication par WikiLeaks de messages piratés montrant l'hostilité de responsables contre Bernie Sanders, le rival de Mme Clinton.

Voilà qui explique, écrit Donna Brazile, pourquoi elle ne pouvait écrire un communiqué sans le feu vert de «Brooklyn», le QG de campagne Clinton. L'accord «n'était pas illégal, mais il n'avait certainement pas l'air éthique», dit-elle encore.

Pendant toutes les primaires 2016, Bernie Sanders (sénateur indépendant du Vermont apparenté au groupe démocrate) a accusé le parti de ne pas être l'arbitre neutre qu'il était censé être. Il contestait par exemple le calendrier des débats.

Ironie de l'histoire, Donna Brazile, une consultante démocrate qui intervenait comme commentatrice sur CNN, avait été évincée de l'antenne en octobre 2016 pour avoir fourni à l'équipe Clinton des questions qui allaient être posées lors d'un débat des primaires sur CNN. Son coup de pouce avait été révélé par WikiLeaks, grâce à des emails piratés.

Trump se défoule

Donald Trump a souvent accusé «Hillary la crapule» d'avoir volé l'investiture à «Bernie le fou». Il a consacré à l'affaire cinq tweets vendredi matin. Juste avant de monter dans son hélicoptère pour une tournée en Asie, il a appelé le FBI à ouvrir une enquête sur ce qu'il considère être le vrai scandale du moment. «Elle a acheté le DNC et volé l'élection à Bernie», a-t-il déclaré. «C'est ça qu'il faut regarder».

Avec ces révélations, il est difficile pour les démocrates de contester le «trucage» des primaires. La sénatrice Elizabeth Warren, en bons termes avec les deux camps, n'a pu que répondre «oui» à ce sujet, sur CNN. Hillary Clinton n'avait pas réagi vendredi à ces accusations.

Le parti a lancé sa réforme. Le nombre de «superdélégués» - des caciques du parti qui disposent d'un droit de vote automatique aux primaires - devrait en théorie être réduit à l'avenir, à la demande de M. Sanders.

Le nouveau chef du DNC, Tom Perez, doit concrétiser ces engagements et prouver à tous les futurs prétendants que les primaires présidentielles de 2020 seront neutres et transparentes. «Nous fixerons le calendrier des débats très en avance, avant qu'on sache qui est candidat», a-t-il promis, sur CNBC. (ats/nxp)

Créé: 03.11.2017, 17h56

Articles en relation

Clinton a payé en partie le dossier anti-Trump

Etats-Unis Le Washington Post rapporte que l'équipe de l'ex-candidate et le Parti démocrate ont contribué à financer les recherches anti-Trump. Plus...

Deux enquêtes visent Obama et Clinton

Etats-Unis Des républicains ont annoncé deux enquêtes parlementaires visant l'ex-président américain et l'ex-candidate démocrate. Plus...

Hillary Clinton lance sa propre organisation

Etats-Unis La démocrate qui a échoué à l'élection présidentielle lance «Onward Together» pour encourager les gens à s'impliquer dans la vie politique. Plus...

Clinton estime s'être fait voler la victoire

Etats-Unis Hillary Clinton a livré mardi son interprétation de sa défaite face à Donald Trump, accusant le directeur du FBI, Vladimir Poutine et Wikileaks. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.