Hillary Clinton assume l’«atout féminin»

Convention démocrate L’ex-secrétaire d’Etat acceptera jeudi soir son investiture pour la présidentielle. En insistant sur son caractère historique.

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Au printemps 1971, j’ai rencontré une fille.» Mardi soir, peu après l’investiture historique de son épouse Hillary pour l’élection présidentielle américaine, Bill Clinton a insisté sur un point: les démocrates ont choisi une femme pour défier Donald Trump et remporter la Maison-Blanche. Cette femme qui a séduit Bill Clinton il y a quarante-cinq ans, «avait de longs cheveux blonds, de grosses lunettes, ne portait pas de maquillage et dégageait une impression de force et de maîtrise de soi».

L’actrice Meryl Streep a complété ce portrait mardi en soulignant la «détermination» et l’«élégance» de la candidate avant que Hillary Clinton ne tende la main aux électrices dans un message vidéo: «S’il y a des petites filles qui sont restées tard pour regarder [la convention], laissez-moi vous dire: «Je vais peut-être devenir la première femme présidente, mais l’une d’entre vous sera la prochaine.

Les orateurs de la convention démocrate n’ont cessé d’accentuer le contraste entre un Donald Trump qui force le trait sur sa masculinité et une femme qui pourrait devenir la première présidente des Etats-Unis. Le milliardaire new-yorkais a d’ailleurs décidé de contrer Hillary Clinton sur ce terrain mercredi. «J’aimerais voir une femme devenir présidente des Etats-Unis», a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse à Miami au cours de laquelle il a intimé l’ordre à une journaliste de se taire. «Mais Hillary Clinton ne serait pas la bonne. Elle serait mauvaise pour les femmes.»

Le sulfureux candidat républicain a ensuite mis la Russie au défi de pirater le serveur informatique de Hillary Clinton: «Russie, si tu écoutes, j’espère que tu seras capable de trouver les 30 000 e-mails qui manquent.» Ces déclarations ahurissantes, aussitôt contredites par un communiqué de Mike Pence, le colistier de Donald Trump, interviennent en plein scandale provoqué par la publication d’e-mails internes du Parti démocrate par WikiLeaks. Selon une source proche de la Maison-Blanche citée par les médias américains, le FBI suspecte des pirates informatiques russes. Donald Trump, lui, est sceptique: «C’est probablement la Chine ou quelqu’un assis sur son lit», a-t-il affirmé à Miami.

Donald Trump ne cesse de mentionner la polémique provoquée par l’utilisation de Hillary Clinton d’un serveur privé à l’époque où elle était secrétaire d’Etat, afin de la discréditer. La candidate démocrate a vu sa popularité plonger depuis les révélations sur ses e-mails et les questions persistantes sur son honnêteté ne cessent de faire de l’ombre à la nature historique de sa campagne pour la Maison-Blanche.

Une image à corriger

Ces doutes se reflètent dans les sondages. Donald Trump a dépassé l’ancienne secrétaire d’Etat à l’heure où Hillary Clinton s’apprête à prononcer ce jeudi le discours le plus important de sa carrière en clôture de la convention démocrate. Arthur Schwartz, un délégué new-yorkais, résume le sentiment de nombreux démocrates à propos de Hillary Clinton: «C’était une jeune femme idéaliste qui a fait des choses fantastiques en se battant pour les enfants et les droits des Noirs aux Etats-Unis, explique-t-il. Elle a épousé un politicien et a été happée par le pouvoir, l’argent et la gloire. Sa réputation de ne pas être totalement honnête et franche est méritée dans une certaine mesure parce qu’elle incarne ce que sont les politiciens américains. Mais elle est intelligente, habile et tenace.»

Lors des primaires démocrates, Hillary Clinton a recueilli 16 millions de voix, soit 2 millions de moins qu’en 2008 lorsqu’elle avait affronté Barack Obama. A Philadelphie, elle semble néanmoins avoir réussi à rassembler son parti grâce notamment au soutien émouvant de Michelle Obama. Le défi pour Hillary Clinton est désormais d’avoir un impact sur les électeurs similaire à celui qu’elle a eu mardi sur Sheryl Abshire à l’annonce de son investiture. «Voir une femme être nominée pour devenir présidente de notre pays me fait réaliser que toutes les barrières sont tombées», a glissé la femme originaire de Louisiane. «C’est une fierté pour mes filles et mes petites filles de savoir que je suis ici pour la soutenir.»

Créé: 27.07.2016, 22h48

Articles en relation

Hillary Clinton décroche une investiture historique pour la Maison-Blanche

Primaires US Les démocrates ont investi Hillary Clinton mardi soir à l’issue d’un vote sans débordements. L’ancienne Secrétaire d’Etat pourrait devenir en novembre la première femme à être élue à la présidence des Etats-Unis. Plus...

Michelle Obama à la rescousse de Hillary Clinton

Convention démocrate La First Lady et le président aident Hillary Clinton s'emploient à contenir la révolte des supporters de Bernie Sanders Plus...

Michelle Obama et Bernie Sanders pansent les plaies démocrates

Présidentielle US La First Lady et le Sénateur du Vermont ont fait un triomphe lors de la première soirée de la convention démocrate et tenté de calmer le front anti-Hillary Clinton au sein du parti démocrate. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.