Hillary Clinton, trop peu honnête pour les fans de Sanders

Convention démocrate Le clan de Bernie Sanders a dit son rejet de Hillary Clinton lors d’une convention secouée par l’affaire des e-mails WikiLeaks.

Des supporters de Bernie Sanders à Philadelphie.

Des supporters de Bernie Sanders à Philadelphie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sally-Alice Thompson chante sur la scène plantée au cœur de «Bernie City», un campement où se réunissent les supporters de Bernie Sanders en marge de la convention démocrate. La déléguée du Nouveau-Mexique, âgée de 92 ans, a repris la mélodie de Hit the Road Jack, le tube écrit par Percy Mayfield en 1960, et l’a adaptée pour appeler à lutter contre la pollution. Elle est venue à Philadelphie pour soutenir Bernie Sanders aujourd’hui, lors du vote d’investiture pour la présidentielle de novembre, et exprimer son rejet de Hillary Clinton, une candidate qu’elle ne trouve «pas vraiment honnête».

La méfiance des nombreux fans et délégués de Bernie Sanders vis-à-vis de Hillary Clinton est profonde à Philadelphie. La convention démocrate s’est ouverte sur fond de scandale provoqué par les e-mails internes du parti révélés par WikiLeaks. Des cadres du parti débattent notamment de la manière de freiner le sénateur du Vermont lors des primaires démocrates. Debbie Wasserman Schultz, la directrice du Parti démocrate, a démissionné dimanche et a été huée lundi matin lorsqu’elle s’est adressée aux délégués de Floride.

L’incident a fait de l’ombre aux efforts démocrates pour tenter de projeter à Philadelphie l’image d’un parti uni à l’heure où un sondage CNN indique que Donald Trump devance Hillary Clinton d’une courte tête (48%-45%). Robby Mook, le directeur de la campagne de Hillary Clinton, a assuré que la convention serait «pleine d’espoir» contrairement à la convention républicaine. Et il a rappelé que Bernie Sanders avait déjà «apporté son soutien» à Hillary Clinton. Le sénateur du Vermont a toutefois été sifflé par ses supporters lundi après-midi lorsqu’il s’est adressé à eux à Philadelphie et a martelé: «Nous devons battre Donald Trump et élire Hillary Clinton.»

Le républicain Donald Trump tente de séduire les fans de Sanders en multipliant les messages sur Twitter. Vu les avis exprimés à Philadelphie, un soutien massif des électeurs progressistes en sa faveur reste improbable en novembre. En revanche, beaucoup d’entre eux expriment leur volonté de voter pour Jill Stein, la candidate du Parti écologiste. «C’est triste», soupire Ann Zimmermann, une supportrice de Bernie Sanders du Vermont. «La menteuse (ndlr: Hillary Clinton) nous dit d’avoir peur du raciste (ndlr: Donald Trump). Et le raciste nous dit de voter pour lui car nous ne pouvons pas faire confiance à la menteuse.»

Alexis Edelstein, un délégué de Bernie Sanders, résume le sentiment qui règne chez les pro-Bernie lorsqu’il promet que l’investiture de Hillary Clinton ne se fera pas «en douceur» aujourd’hui. Mais malgré ses réticences vis-à-vis de l’ancienne secrétaire d’Etat, Sally-Alice Thompson refuse catégoriquement de soutenir Donald Trump en novembre. «C’est une vraie menace. Sa campagne est le reflet de ce qui s’est passé dans les années 30 dans l’Allemagne nazie. J’ai vécu cette période, je m’en souviens.»

Créé: 25.07.2016, 22h06

Articles en relation

La Russie complote-t-elle pour faire élire Donald Trump?

Etats-Unis Etrange affaire. Le camp démocrate, embarrassé par la diffusion vendredi de 20'000 e-mails volés, dit soupçonner Moscou. Plus...

Une Romande superdéléguée à la Convention démocrate

Etats-Unis Après le sacre de Donald Trump par le Parti républicain, c’est Hillary Clinton cette semaine qui sera confirmée par les siens. Plus...

Trump renonce aux votes noirs

Eléctions Le bâtisseur de casinos a parié jeudi soir à Cleveland sur sa capacité à mobiliser un nombre record d’électeurs blancs. Plus...

Trump: «Je suis le candidat qui défendra la loi et l’ordre»

Présidentielles américaines Le milliardaire new-yorkais a accepté jeudi à Cleveland l’investiture du parti républicain en se présentant comme le champion des «Américains abandonnés» dans un discours sombre. Plus...

Le «père charmant» affrontera Hillary Clinton

Etats-Unis Les républicains ont officialisé à Cleveland la candidature de Donald Trump à la présidentielle de novembre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.