Hollande à Bangui pour parler reconstruction

CentrafriqueLe président français est arrivé dans la capitale centrafricaine pour une aborder avec le nouveau régime la question de la reconstruction d'un pays ruiné et le retrait des troupes françaises.

François Hollande s'était déjà rendu dans la capitale de l'ex-colonie française à deux reprises, en décembre 2013 et février 2014.

François Hollande s'était déjà rendu dans la capitale de l'ex-colonie française à deux reprises, en décembre 2013 et février 2014. Image: Archives/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

François Hollande a été accueilli à l'aéroport de Bangui par le nouveau président du pays, Faustin Archange Touadéra, élu en février, a constaté une journaliste de l'AFP.

Lors de son bref passage, le président français entend apporter «son soutien à la paix et à la stabilisation» de la République centrafricaine. «Aujourd'hui la France et la Centrafrique sont de moins en moins dans une relation liée au maintien de la paix et de plus en plus dans l'accompagnement du pays dans sa reconstruction, sa remise sur pied, son développement», souligne son entourage.

François Hollande s'était rendu dans la capitale de l'ex-colonie française à deux reprises, en décembre 2013 et février 2014, alors que l'opération militaire française Sangaris venait de se déployer dans ce pays pour stopper des violences intercommunautaires.

Casques bleus sous enquête

Il y revient alors que cette opération doit se terminer en décembre, au terme d'un désengagement progressif. De plus de 2000 militaires au plus fort de la crise, Sangaris n'en compte déjà plus que 650, selon l'entourage de François Hollande.

A terme, les forces françaises doivent être redéployées au sein de la force onusienne de la Minusca, et dans la Mission européenne EUTM dédiée à la formation de l'armée centrafricaine. Le nombre de militaires français engagés sera ajusté en fonction des contributions des 27 autres pays de l'Union européenne.

Sa visite intervient alors que des soldats français et des Casques bleus engagés en Centrafrique sont soupçonnés d'abus sexuels pour lesquels trois enquêtes judiciaires ont été ouvertes à Paris.

Le chef de l'Etat français a par ailleurs été sollicité par l'organisation Reporters sans frontières et la mère de la photojournaliste française Camille Lepage, tuée le 12 mai 2014 dans une embuscade dans l'ouest de la RCA, qui estiment que l'enquête sur les circonstances de sa mort «piétine».

(afp/nxp)

Créé: 13.05.2016, 16h33

Articles en relation

Hollande plaide pour la régulation du prix des médicaments

International Dans une tribune, le président français appelle la communauté internationale a ouvrir le débat. Plus...

La «contre-offensive» des soutiens de Hollande

France Sous le slogan de «Hé oh la gauche», le clan présidentiel resserre les rangs en vue des élections de 2017. Plus...

Hollande classé dans les personnes influentes

France Une liste classe en cinq catégories les personnalités les plus influentes du monde. Plus...

Accusations d'abus sexuels contre des Casques bleus

Centrafrique De nouvelles accusations portent à vingt-cinq le nombre de soupçons d'actes d'abus sexuels ou d'exploitation sexuelle recueillis par les Nations Unies en RCA depuis le début de l'année. Plus...

Résolution contre les abus sexuels des Casques bleus

ONU Les Nations unies ont pris des mesures pour lutter contre les viols réalisés notamment en Centrafrique et en RDC. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.