Hollande et Valls ne veulent pas durcir la loi

Prêtre égorgé en FranceLe président et le Premier ministre se refusent à rendre la législation plus stricte encore, alors que le pays est de nouveau frappé par le terrorisme.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

François Hollande et Manuel Valls ont rejeté mardi les appels la droite et de l'extrême droite à durcir encore la législation antiterroriste en France après l'attaque dans une église en Normandie. Ils estiment que l'arsenal judiciaire donne «la capacité d'agir».

«Restreindre nos libertés, déroger à nos règles constitutionnelles n'apporterait pas d'efficacité à notre lutte contre le terrorisme et affaiblirait à coup sûr la cohésion nécessaire à notre Nation», a déclaré le président français lors d'une allocution télévisée solennelle à l'Elysée.

«Le gouvernement applique et appliquera avec la plus extrême fermeté les lois que nous avons fait voter et qui donnent à la justice, aux préfets, aux forces de l'ordre, la capacité d'agir, amplifiée par la prolongation et le renforcement de l'état d'urgence», a-t-il ajouté.

«Cette guerre sera longue. Ce qui est visé, c'est notre démocratie. Elle est la cible, elle sera notre bouclier», a martelé le chef de l'Etat. «Faisons bloc, c'est ainsi que nous gagnerons la guerre contre la haine et le fanatisme. Car je vous l'assure, cette guerre nous la gagnerons», a-t-il ajouté.

Pas de nouvelle loi à chaque attentat

Le Premier ministre Manuel Valls a pour sa part estimé qu'«en s'attaquant à un prêtre, à l'Eglise catholique, on voit bien quel est l'objectif: jeter les Français les uns contre les autres, s'attaquer à une religion pour provoquer une guerre de religions».

«A chaque attentat, nous n'allons pas inventer une nouvelle loi, nous n'allons pas inventer de nouveaux dispositifs», a-t-il dit à l'adresse des Républicains (LR) et du Front national (FN).

Depuis l'attentat de Nice le 14 juillet, le gouvernement socialiste est sous le feu des critiques pour des défaillances présumées dans les mesures de sécurité antiterroristes.

Passé par la Suisse

D'autant que l'un des deux agresseurs qui ont égorgé mardi matin un prêtre dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray était connu des services antiterroristes. Ce jeune homme de 19 ans avait tenté de se rendre à deux reprises en Syrie en 2015, a confirmé dans la soirée le procureur de Paris François Molins.

Pour son second essai, il était passé par la Suisse et avait vu son voyage échouer en Turquie. Il avait ensuite été renvoyé en Suisse et arrêté à son arrivée à Genève avant d'être remis à la France. Il avait alors été inculpé et écroué pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, avant d'être libéré et placé sous bracelet électronique.

Le parquet de Paris avait fait appel sans succès de sa libération, a précisé le procureur Molins. Le second assaillant était toujours en cours d'identification.

Attaques de la droite

Dans la journée, le chef de LR Nicolas Sarkozy avait sommé l'exécutif de «changer profondément (...) la riposte». La droite réclame notamment la détention des personnes suspectées d'être radicalisées et la mise en place d'une rétention de sûreté à l'issue d'une peine pour les personnes condamnées pour des crimes terroristes. Elle demande aussi la création d'un délit de séjour sur un théâtre d'opérations terroristes.

La présidente du FN Marine Le Pen a de son côté dénoncé la «responsabilité (...) immense» des gouvernants français «depuis 30 ans». D'autres membres du parti d'extrême droite ont appelé «les chrétiens» à se «lever pour résister à l'islamisme».

Irruption en pleine messe

Deux assaillants armés ont fait irruption vers 9h30, en pleine messe, dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, une petite ville de 29'000 habitants dans la banlieue de Rouen. Cinq personnes se trouvaient dans l'édifice à ce moment.

Les deux assaillants ont égorgé le prêtre Jacques Hamel, âgé de 85 ans. Un autre otage a été grièvement blessé et se trouve entre la vie et la mort. Les preneurs d'otages ont été abattus par la police au moment où ils sortaient sur le parvis de l'église. L'EI a rapidement salué, via son agence de communication Amaq, l'attaque perpétrée par deux de ses «soldats».

Après cette attaque, François Hollande a assuré au pape François que tout serait fait pour protéger les églises et lieux de culte en France. C'est la première fois en France qu'un prêtre est tué dans une attaque djihadiste et le pape a condamné «un meurtre barbare» dans «un lieu sacré où s'annonce l'amour de Dieu». (ats/nxp)

Créé: 26.07.2016, 22h20

Hommages

Par dizaines les habitants se sont rendus mardi soir à la mairie de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) pour rendre hommage au père Jacques Hamel, égorgé dans l'église de la ville par deux preneurs d'otage, un acte revendiqué par le groupe État islamique.

«Sincères condoléances, quelle horreur, quelle barbarie. J'espère plus jamais çà», a écrit un jeune sur le registre de condoléances ouvert par la mairie. «A notre prêtre avec qui nous avons partagé toutes les étapes catholiques de notre enfant», a rédigé une mère de famille.

Devant l'édifice municipal, de pierres et de briques, des dizaines de bougies ont été allumées. Quelques petits bouquets ont été déposés.

La mairie, dirigée par une municipalité communiste depuis des décennies, est le lieu privilégié des hommages car l'église, où le prêtre de 86 ans, a été assassiné, est pour le moment inaccessible, ses abords étant bouclés par la police.

Articles en relation

«Il m'a dit «je vais aller me faire une église»»

Prêtre tué à Rouens On en sait davantage sur l'un des assaillants de l'Eglise de Saint-Etienne-du-Rouvray, un jeune homme de 19 ans. Plus...

Direct: un des assaillants a crié «Allah Akbar»

France Une prêtre a été tué lors d'une prise d'otages dans une église près de Rouen, revendiquée par Daech. Les deux assaillants ont été abattus. Plus...

L'EI revendique l'attaque dans une église

France Deux terroristes se réclamant de Daech ont été abattus après une prise d'otage dans une église près de Rouen. Un otage, le prêtre, a été égorgé. Plus...

Galerie photo

Attentat de Nice: Promenade des Anglais touchée

Attentat de Nice: Promenade des Anglais touchée Dans la ville du sud de la France, un camion a foncé dans la foule sur la Promenade des Anglais, le jeudi 14 juillet 2016.

Galerie photo

Attentat: ils ont été assasinés à Nice

Attentat: ils ont été assasinés à Nice Quatre-vingt quatre personnes sont décédées le 14 juillet 2016 à Nice lors de l'attentat perpétré par le Tunisien Mohamed Lahouaiej-Bouhlel.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...