Huit néonazis jugés pour des projets d'attentats

AllemagneLe groupuscule d'extrême-droite «Révolution Chemnitz» a été condamné à des peines allant jusqu'à 5 ans et demi de prison pour leurs sombres projets.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Huit néonazis accusés d'avoir planifié des attentats en Allemagne ont été condamnés mardi par le tribunal de Dresde à des peines allant de deux à cinq ans et demi de prison.

Tous ces hommes, âgés de 22 à 32 ans et qui s'étaient regroupés au sein du groupuscule «Révolution Chemnitz», ont été condamnés pour «appartenance à une organisation terroriste», a indiqué une porte-parole du tribunal. Cinq des accusés ont également été condamnés pour «atteinte à l'ordre public».

Le tribunal de Dresde, ville de l'ex-RDA située en Saxe, région considérée comme un bastion de l'extrême droite, a ainsi suivi les réquisitoires du parquet, qui a reproché aux accusés d'avoir des «opinions ouvertement nationales-socialistes».

«Les accusés échangeaient des messages dans un groupe de discussion pour commettre des crimes et se procurer des armes, et avaient tenté de renverser l'ordre démocratique fondamental de la République fédérale en acceptant de tuer des gens», a poursuivi la porte-parole.

Ils avaient notamment planifié des attaques contre des étrangers et des personnalités politiques et entamé des démarches pour se procurer des armes semi-automatiques. L'avocat de la défense, Marcel Börger, avait, lui, demandé des acquittements ou des peines plus légères, balayant les accusations pour association terroriste.

Les suspects appartiennent depuis de nombreuses années à la scène des hooligans, néo-nazis et skinheads de Chemnitz, également en Saxe, théâtre fin août 2018 de dérapages anti-migrants dont des «chasses aux étrangers» dans les rues, après le meurtre présumé d'un Allemand par l'un d'entre eux.

Projet

Ils avaient lancé leur projet à cette période, début septembre 2018, via la création d'un groupe de messagerie «Révolution Chemnitz». Dans l'un des messages, leur leader présumé Christian Keilberg, 32 ans, appelle à la «guerre civile» contre les «parasites de gauche, les zombies de Merkel, la dictature des médias et de leurs esclaves». Ils voulaient frapper à Berlin le 3 octobre, jour férié qui célèbre la Réunification allemande.

Mais tout était resté à l'état de projet: la plupart des hommes avaient été arrêtés le 1er octobre 2018, tandis que leur leader avait été incarcéré deux semaines plus tôt après avoir attaqué des étrangers à Chemnitz.

Ce verdict intervient alors que l'Allemagne a été frappée depuis moins d'un an par plusieurs attentats d'extrême droite. En février, un attentat raciste commis à Hanau par un extrémiste de droite a fait neuf morts. (ats/nxp)

Créé: 24.03.2020, 19h36

Articles en relation

Un des procès les plus importants de l'extrême droite s'ouvre

Allemagne Un procès sous tension a débuté lundi contre un groupuscule néonazi de Chemnitz accusé d'avoir voulu perpétrer des attentats en Allemagne. Plus...

Chemnitz: un groupuscule néonazi démantelé

Allemagne Le groupe, baptisé «Révolution Chemnitz», est soupçonné d'avoir planifié divers attentats et attaques notamment contre des étrangers. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.