Passer au contenu principal

Hulot quitte le gouvernement Macron

Le ministre de la transition écologique et solidaire a annoncé mardi à la radio qu'il allait quitter ses fonctions.

Nicolas Hulot a dû faire face à des accusations de harcèlement.
Nicolas Hulot a dû faire face à des accusations de harcèlement.
AFP

«Je ne veux plus me mentir»: faute d'obtenir des avancées suffisantes en matière d'environnement, le populaire ministre français de la Transition écologique Nicolas Hulot a jeté l'éponge mardi. Ce départ est un coup dur pour le président Macron qu'il n'avait pas prévenu de sa démission.

«Je prends la décision de quitter le gouvernement», a déclaré Nicolas Hulot, lors d'une interview en direct sur la radio France Inter. Il a confié qu'il se sentait «tout seul à la manoeuvre» sur les enjeux environnementaux au sein de l'exécutif.

«Nous faisons des petits pas, et la France en fait beaucoup plus que d'autres pays, mais est-ce que les petits pas suffisent... la réponse, elle est non», a ajouté l'ex-animateur de l'émission à succès Ushuaïa, la gorge nouée, ajoutant en avoir «terminé» avec la politique. Il s'agit d'un coup dur pour le président Emmanuel Macron qui avait réussi à convaincre le populaire M. Hulot d'entrer au gouvernement en mai 2017.

Cette démission intervient avant une rentrée qui s'annonce difficile pour le chef de l'Etat. En baisse dans les sondages et secoué cet été par l'affaire Benalla, du nom de son ancien collaborateur accusé de violences lors d'une manifestation, M. Macron doit composer avec une croissance économique moindre qu'espéré et peine à convaincre ses partenaires de l'UE de renforcer l'intégration européenne.

Emmanuel Macron a déclaré à «respecter» la décision de Nicolas Hulot, «un homme libre», de quitter le gouvernement et indiqué qu'il comptait désormais sur son engagement «sous une autre forme». Le ministre de la Transition écologique «est un homme libre je respecte sa liberté», a-t-il ajouté.

La démission surprise de M. Hulot, 63 ans, est d'autant plus douloureuse pour le président que l'ex-journaliste ne l'avait prévenu ni lui, ni le Premier ministre Édouard Philippe. «Je sais que ce n'est pas très protocolaire», a-t-il admis, confiant sa crainte qu'ils cherchent «une fois encore» à le «dissuader» de démissionner.

Manque de «courtoisie»

Invité au même moment sur le plateau de RMC, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a déploré le manque de «courtoisie» du désormais ex-ministre envers M. Macron. Mais il a rendu «hommage au travail accompli».

Nicolas Hulot peut être «fier de son bilan», a commenté un peu plus tard l'Elysée auprès de l'AFP. «La détermination reste totale pour poursuivre dans la même direction et avec le même niveau d'ambition», a ajouté cette source qui confirme que M. Hulot n'avait pas prévenu le président. «Il y aura un remaniement mais pas dans l'immédiat», a précisé l'Elysée.

Le premier ministre Edouard Philippe a annoncé qu'il ferait à Emmanuel Macron des suggestions «dans les jours qui viennent» sur la composition du gouvernement.

Victoires et déboires

Courtisé de longue date par le pouvoir politique, M. Hulot a été une des recrues majeures du président Emmanuel Macron lors de la formation de son gouvernement, alimentant de nombreux espoirs. Mais si l'ancien militant a enregistré des victoires comme l'abandon de la construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes dans l'ouest du pays, il a aussi connu des déceptions et a été contraint de faire des compromis.

Il avait notamment dû endosser le report de l'objectif consistant à ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% en 2025, ou l'entrée en vigueur provisoire de l'accord de libre échange UE-Canada.

«Quel gâchis! Il aura essayé mais n'a jamais pu s'imposer dans un gouvernement pour lequel l'écologie n'est qu'un vernis», a commenté Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France.

«Bal des Tartuffes»

L'opposition a immédiatement réagi à la démission de M. Hulot pour tirer à boulets rouges sur Emmanuel Macron. Le chef de la droite française et président du parti Les Républicains (LR) Laurent Wauquiez a ainsi déclaré qu'il pouvait «comprendre» que Nicolas Hulot «se sente trahi» par Emmanuel Macron, «comme pas mal de Français».

Pour le chef de file de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, ce départ constitue «un vote de censure contre Macron».

«Nicolas Hulot a eu du courage d'essayer de faire changer les choses à l'intérieur de ce gouvernement anti-écolo, c'est la fin d'une illusion et du bal des Tartuffes», a estimé pour sa part Yannick Jadot, tête de liste du parti écologiste EELV pour les élections européennes.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.