Les humanitaires stupéfaits par Manuel Valls à Calais

Crise des migrantsLa France veut installer un camp de tentes pour 1500 migrants dans quatre mois. Inadmissible et insuffisant, selon les ONG sur place.

Manuel Valls a visité le centre Jules-Ferry qui offre un toit à 115 femmes et enfants. Dehors, c'est la jungle où vivent 3000 personnes. L'annonce d'un camp de tentes pour 1500 personnes est jugé «insatisfaisant» pour les humanitaires.

Manuel Valls a visité le centre Jules-Ferry qui offre un toit à 115 femmes et enfants. Dehors, c'est la jungle où vivent 3000 personnes. L'annonce d'un camp de tentes pour 1500 personnes est jugé «insatisfaisant» pour les humanitaires. Image: DENIS CHARLET/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je ne peux être, de fait, qu’insatisfait. Les délais sont inacceptables et les mesures humanitaires insuffisantes!» Jean-François Corty, directeur des opérations à Médecins du monde (MDM), ne cache pas sa stupéfaction face aux mesures annoncées par le premier ministre Manuel Valls, en visite ce lundi pour la première fois à Calais. Ville portuaire où s’entassent plus de 3000 migrants candidats au passage vers la Grande-Bretagne.

En effet, la France construira un nouveau camp de migrants à l’horizon janvier 2016. Des installations de tentes destinées à 1500 personnes. L’Union européenne, dont deux représentants de la Commission accompagnaient Manuel Valls, subventionnera les travaux à hauteur de 5 millions d’euros. Cette installation sera «complémentaire», a précisé le premier ministre, au centre Jules-Ferry.

Un hébergement qui accueille, à ce jour, 115 femmes et enfants et permet aux quelque 3000 personnes vivant dans la «jungle», d’accéder à des repas, des toilettes et des points d’eau entre midi et 20 heures. Une situation que les associations humanitaires, dont MdM ou le Secours catholique France, dénoncent depuis juillet en intervenant avec des dispositifs d’urgence comparables à ceux des pays en guerre.

La France agit...

«La France veut montrer qu’elle agit, mais la réponse est volontairement sous-estimée. Proposer un dispositif de tentes, en dessous de la population actuelle, pour dans quatre mois, c’est inadmissible. On sent la volonté politique de gagner du temps en attendant la réponse de l’UE!», relance Jean-François Corty qui s’étonne aussi de la non-prise en compte des demandes pour soulager les villes étapes comme Marseille, Lyon et Paris.

«A Paris, le camp de la Gare d'Austerlitz ne cesse de grossir. Les migrants arrivent sans discontinuer. Et le conflit en Irak n'est pas prêt de s'arrêter», explique pessimiste Jean-François Corty. «Il y a une peur qui s'est installée: celle de créer un appel d'air si on accueille les gens trop confortablement...» Médecin de son état, Jean-François Corty dénonce ces mauvaises conditions qui n'assurent pas un minimum en termes de santé et d'hygiène.

Paris, toujours point de chute

En effet, à Paris par exemple, les vagues de migrants reconstituent des campements sauvages qui avaient été évacués au début de l’été. Pourtant la ville de Paris a pris en charge quelque 1300 personnes, mais le flux d’arrivées ne se tarit pas et les allers-retours entre Calais et la capitale française sont incessants, s’inquiète notamment Pierre Henry, le directeur général de France terre d’asile.

En attendant une réponse européenne

Par ailleurs, dimanche, le ministre de l’Intérieur français Bernard Cazeneuve et ses homologues allemand et anglais ont exigé une réunion des ministres de l’intérieur et de la justice. Les différents Etats membres de l’UE ne parviennent pas en effet à dégager une politique commune d’accueil et les crispations sur ce sujet se multiplient.

Créé: 31.08.2015, 18h16

Articles en relation

A Paris, une vague de migrants chasse l’autre

Crise migratoire Les campements sauvages se multiplient dans la Ville Lumière. Les nouvelles arrivants se succèdent. L’hiver qui arrive va les mettre en concurrence avec les SDF. Plus...

Merkel et Hollande réclament une réponse européenne au drame des migrants

Réfugiés Alors que le flux des exilés ne faiblit pas à travers les Balkans, le couple franco-allemand met la pression sur ses partenaires de l’UE Plus...

L’alliance franco-allemande pour des «centres de tri» au sud de l'Europe

Migrants Angela Merkel rencontre lundi François Hollande pour discuter notamment de politique migratoire. Avec une idée en tête… Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.