«Les îles n’ont qu’un souci, préserver leur tourisme»

Migrants en GrèceA Kos, mais aussi à Lesbos, l’aide aux migrants est quasi inexistante. Un humanitaire raconte et dénonce

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je reviens de Lesbos, où la situation est encore plus préoccupante qu’à Kos. Entre la plage où ils débarquent et le poste de police où ils doivent s’enregistrer, les migrants parcourent 70 km à pied sous un soleil de plomb, sans eau ni nourriture, un trajet de trois jours. Rien que mercredi, 2000 personnes sont arrivées selon nos estimations. Et rien n’est fait de la part des autorités pour aider ces gens.» Brice de la Vigne, directeur des opérations de Médecins sans frontières en Grèce, ne cache pas son exaspération devant la situation humanitaire qui règne sur les îles grecques proches de la Turquie.

Depuis des semaines, des migrants y ont débarqué par milliers, et continuent d’arriver. Or les conditions d’accueil que leur réservent les autorités locales sont dénoncées tant par les ONG que par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Sans eau, ni nourriture

Mardi à Kos, des migrants avaient été dispersés à coups de jets d’extincteur et de matraques. Les faits s’étaient produits alors que ceux-ci avaient été entassés dans un stade dans l’attente de s’enregistrer auprès des autorités, passage obligé dans l’espoir de pouvoir poursuivre leur voyage sur Athènes. Quelque 2000 personnes, dont des familles avec des bébés, y ont passé la journée par 32 degrés, sans eau ni nourriture. Le soir, des familles ont même été enfermées dans ce stade, où il n’y a pas d’installations sanitaires.

«J’ai quinze ans de carrière, je suis allé sur tous les fronts en Afrique, je n’ai jamais vu une chose pareille, souligne Brice de la Vigne. C’est une honte qu’un pays européen n’est pas capable d’offrir une aide décente à ces réfugiés: de l’eau, de la nourriture, des abris, un minimum!» MSF a débloqué un budget de 4 millions pour œuvrer en Grèce, et compte sur 70 volontaires. Mais l’ONG dénonce le fait de devoir combler les trous dans un pays européen. «Cela fait des mois que nous réclamons des moyens, nous savions au vu des flux d’arrivants que nous allions à la catastrophe. Personne n’a bougé. On a affaire à des autorités centrales qui font la sourde oreille, et les responsables locaux ne veulent en aucun cas aider les migrants.» Selon l’humanitaire, l’inaction des élus locaux est le fruit d’une réelle volonté politique: «Ces îles n’ont qu’un souci, préserver leur tourisme. Elles disent craindre qu’en aidant ces gens, cela crée un effet d’attraction. Un argument ridicule quand on sait par quelles épreuves ces Syriens, ces Afghans sont passés pour arriver jusque-là. Ils ne viennent pas parce qu’on leur offre des vivres, ils viennent, c’est tout!»

Un hôtel en ruines pour abri

A Kos, les autorités locales n’ont pas tout à fait «rien fait». Elles ont daigné mettre à disposition de Médecins sans frontières un hôtel en ruines, sans électricité, le «Captain Elias», probable échoué de la crise grecque. L’ONG y a monté une structure d’assistance médicale. C’est là que ses volontaires ont soigné les blessés de la bousculade du stade. Et c’est là qu’ont trouvé refuge quantité de migrants. Des images incroyables de l’agence Reuters montrent des individus dormant par terre dans tous les recoins possibles, à même le sol dans les couloirs, sur le toit, à côté de la cage d’ascenseur…

Sous le feu des critiques, les autorités grecques ont fait partir jeudi depuis le port du Pirée un bateau hôtel destiné à héberger une partie des 7000 migrants qui s’entassent sur Kos. Elles ont aussi envoyé un bataillon de la police anti-émeutes.

Créé: 14.08.2015, 16h06

Articles en relation

Des gardes-côtes grecs ont-ils coulé un canot de migrants?

Migrants Sur une vidéo tournée par des pêcheurs, on devine un bateau manœuvrant pour crever le boudin d’un canot surchargé. Plus...

«Sommes-nous des sous-hommes?»

Migrants en Grèce Témoignage de réfugiés syriens arrivés sur l'île de Cos en plein tumulte. Plus...

L’afflux de migrants met sur les nerfs l’île de Kos

Grèce Sept mille migrants ont débarqué sur l’île. La police utilise des moyens peu orthodoxes pour gérer une situation explosive. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.