Impeachment: gauche et droite irréconciliables

États-UnisDémocrates et républicains ont commencé à débattre en commission, mercredi soir, des chefs d'accusation contre le président américain.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump, «dictateur» en devenir ou président qui honore ses promesses: démocrates et républicains sont restés campés sur leurs visions diamétralement opposées mercredi soir au Congrès américain, lors d'une étape décisive de la procédure de destitution qui mènera certainement à sa mise en accusation historique.

La commission judiciaire de la Chambre des représentants, à majorité démocrate, s'est réunie mercredi soir pour débattre des deux chefs d'accusation retenus contre Donald Trump dans l'affaire ukrainienne: abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès.

Deux mois d'enquête parlementaire et de longues heures de débats juridiques n'y ont rien fait: parmi la quarantaine de parlementaires siégeant à la commission, républicains et démocrates restent retranchés derrière la ligne de leurs partis.

Abus de pouvoir

Pour les démocrates, Donald Trump a abusé de ses pouvoirs en demandant, cet été, à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020. Il a fait pression sur Kiev, accusent-ils, en suspendant à la même époque une aide militaire cruciale pour ce pays en conflit armé avec la Russie.

Les républicains, eux, font écho au président qui nie toute pression sur l'Ukraine. Ils accusent les démocrates de chercher, avec cette procédure «bidon», à se débarrasser d'un président qu'ils ne peuvent pas battre dans les urnes. Donald Trump «a placé son propre intérêt au-dessus de notre sécurité, au-dessus de notre système d'élections libres et justes», a dénoncé le chef démocrate de la commission, Jerry Nadler.

«Si le président peut abuser de ses pouvoirs puis bloquer les demandes d'information du Congrès, alors le Congrès ne peut pas accomplir sa fonction de contrepoids face à l'exécutif... et le président devient un dictateur», a-t-il poursuivi, en référence au refus de la Maison Blanche de coopérer avec l'enquête.

Pas de destitution en vue

«Les démocrates n'ont jamais accepté» la victoire surprise du milliardaire en 2016, a réagi un élu républicain, Jim Jordan. «Ils ne peuvent pas supporter le fait que le président (...) fasse ce qu'il avait promis de faire».

La commission devrait approuver les chefs d'accusation lors d'un vote au terme de ce débat, probablement jeudi. Puis la Chambre devra voter en séance plénière sur son acte d'accusation, sans doute dès le début de semaine prochaine.

Compte tenu de sa majorité démocrate, Donald Trump devrait devenir le troisième président de l'histoire des États-Unis mis en accusation au Congrès. Mais il ne sera vraisemblablement pas destitué ensuite par le Sénat, seul habilité à le juger, car il est contrôlé par les républicains qui font bloc autour du milliardaire. (afp/nxp)

Créé: 12.12.2019, 04h18

Articles en relation

Deux chefs d'accusation contre Donald Trump

États-Unis À l'issue de l'enquête ukrainienne, les démocrates du Congrès accusent le président américain d'abus de pouvoir et d'entrave. Plus...

Impeachment: passe d'armes au Congrès

États-Unis Démocrates et républicains étaient à couteaux tirés lundi lors d'une audition censée présenter les conclusions de l'enquête ukrainienne. Plus...

Impeachment: Donald Trump ne coopérera pas

États-Unis La Maison Blanche a fait savoir vendredi qu'elle n'assisterait pas à la rédaction des chefs d'accusation contre le président. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.