«N'importe quel jouet peut devenir une arme»

Pays-BasUn cyber-prodige de 11 ans a montré à des experts comment ses jouets connectés pouvaient devenir des armes.

Le petit prodige a son arme personnelle: un ours en peluche qui se connecte sur l'iCloud.

Le petit prodige a son arme personnelle: un ours en peluche qui se connecte sur l'iCloud. Image: Twitter @BruJoost

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un jeune garçon a épaté une galerie d'experts en sécurité mardi aux Pays-Bas en piratant le bluetooth de leurs appareils électroniques pour prendre le contrôle d'un ours en peluche et montrer à quel point les jouets interconnectés «peuvent devenir des armes».

«Des avions aux automobiles, des smartphones aux maisons intelligentes, n'importe quel objet ou jouet peut être un objet connecté» (IoT), a déclaré Reuben Paul, enfant prodige de onze ans, lors d'une conférence sur la cybersécurité à La Haye.

Connexion par bluetooth

Mais cela signifie également que «des terminators aux ours en peluche, n'importe quel objet ou n'importe quel jouet peut devenir une arme», a ajouté le garçon haut comme trois pommes sur l'immense scène du World Forum.

A la main, son arme toute personnelle: son ours en peluche, qui se connecte sur l'iCloud via wifi et bluetooth pour recevoir et transmettre des messages.

En branchant à son ordinateur portable un petit engin appelé «Raspberry Pi», un nano-ordinateur, Reuben scanne la salle à la recherche d'appareils équipés du bluetooth. A la surprise générale, il en identifie des dizaines - y compris ceux de certains représentants officiels de haut vol - qui s'affichent à l'écran.

Le garçonnet choisit ensuite l'un des appareils détectés, s'y branche à l'aide d'un programme de langage informatique du nom de Python et pirate son nounours pour allumer la petite lampe qu'il a à la place du coeur et enregistrer un message du public.

Tout ce qui est connecté

«La plupart des objets connectés à internet ont une fonction bluetooth. J'ai simplement montré comment je pouvais m'y connecter et leur envoyer des instructions», a expliqué Reuben Paul à l'AFP, après sa démonstration.

«Les applications IoT à domicile, les choses qui peuvent être utilisées dans nos vies de tous les jours, nos voitures, lampes, frigos, tout ce qui est connecté peut être utilisé et transformé en armes pour nous espionner et nous faire du mal», a-t-il averti.

Et via ces objets, il est possible de voler des informations privées, comme des mots de passe ou la surveillance à distance pour observer les enfants, ou pour localiser quelqu'un grâce à un GPS.

Plus effrayant encore, un jouet pourrait dire: «Retrouve-moi à cet endroit, je viendrai te chercher», a mis en garde Reuben.

C'est pourquoi celui qui est aussi le plus jeune Américain ceinture noire de Kung Fu Shaolin veut mettre sur pied l'ONG CyberShaolin «pour informer les enfants et les adultes des dangers de la cyber-insécurité», a-t-il affirmé. (afp/nxp)

Créé: 16.05.2017, 20h46

Articles en relation

Des cyber-attaques inquiètent l'Elysée

France Paris prendra des mesures de rétorsion contre tout Etat qui interférerait dans la course à la présidence. Plus...

Les experts craignent un cyber-attentat djihadiste,

Terrorisme Les djihadistes pourraient faire appel à des hackers mercenaires pour mener des attaques d'envergure. Les autorités se préparent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.