Inculpation du profil ADN d'un violeur aux USA

JusticeUn inconnu identifié uniquement par son profil génétique a été inculpé pour viols à Washington.

Le portrait-robot établi à partir du profil génétique du violeur.

Le portrait-robot établi à partir du profil génétique du violeur. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités à Washington ont inculpé mardi un inconnu identifié seulement par son profil génétique, une première dans la capitale fédérale américaine, après avoir relevé une concordance d'empreintes ADN lors de viols dans des hôtels.

Le suspect, activement recherché et présenté sous le pseudonyme de John Doe, pourrait avoir agressé sexuellement neuf femmes entre le 22 août 1998 et le 6 février 2006. Dans six de ces affaires, les policiers sont convaincus de l'implication de ce même agresseur, confondu par son ADN.

Le mode opératoire suivi est presque toujours le même: John Doe parvient à entrer furtivement dans une chambre d'hôtel où travaille une femme de ménage, qu'il viole avec l'aide d'un cutter, d'une corde ou d'une cravate.

Toutes ces agressions se sont produites dans des hôtels de l'agglomération de Washington. En utilisant les données génétiques prélevées sur place --et non des témoignages oculaires--, les enquêteurs ont réussi à tracer un portrait robot de l'agresseur. Les détails incluent la couleur des yeux, la couleur des cheveux, la morphologie faciale, l'âge estimé et l'ascendance familiale. L'homme noir serait aujourd'hui trentenaire ou quadragénaire.

Pas de prescription

La police a offert une prime de 45'000 dollars pour tout renseignement permettant de retrouver John Doe. L'inculpation annoncée lundi permet aux procureurs de prolonger leurs poursuites sans craindre l'effet de la prescription pénale, de 15 ans pour de tels crimes commis à Washington.

«La loi à Washington nous autorise à inculper un inconnu, sous le pseudonyme de John Doe, à partir du moment où son identité a été établie avec une certitude raisonnable grâce à son profil ADN», a expliqué aux journalistes la procureure fédérale Jessie Liu. «Cela signifie que l'agresseur n'échappera pas à la justice à la faveur du temps qui s'écoule», s'est-elle félicitée.

L'ADN a permis récemment de relancer de façon spectaculaire plusieurs affaires criminelles emblématiques aux Etats-Unis, avec notamment l'arrestation, grâce à sa lignée généalogique, d'un homme suspecté d'être le «tueur du Golden State» en Californie. (afp/nxp)

Créé: 20.06.2018, 00h30

Articles en relation

Viol: 7 ans de prison pour un chauffeur de taxi

Lucerne Un homme a été condamné à 7 ans de prison pour avoir abusé plusieurs passagères et avoir violé l'une d'entre elles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...