Les indépendantistes flamands démissionnent

BelgiqueMini crise politique en Belgique, où les ministres nationalistes flamands ont annoncé leur retrait du gouvernement.

Le Premier ministre belge Charles Michel va prendre la tête d'un gouvernement sans majorité.

Le Premier ministre belge Charles Michel va prendre la tête d'un gouvernement sans majorité. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les ministres nationalistes flamands de la N-VA vont démissionner de la coalition au pouvoir depuis quatre ans, en raison d'une divergence profonde sur le Pacte de l'ONU sur les migrations, a annoncé dimanche l'un d'eux, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon.

«C'est clair, c'est net», a déclaré Jan Jambon à la télévision publique RTBF en confirmant ces départs, mettant fin à plusieurs heures de flou. Une fois acté le départ de la N-VA, poids lourd de cette coalition belge, le Premier ministre Charles Michel doit prendre la tête d'un gouvernement sans majorité au parlement, à cinq mois des prochaines élections législatives prévues fin mai.

Il devait nommer dimanche de nouveaux ministres pour remplacer ceux de la N-VA et redistribuer leurs portefeuilles (Intérieur mais aussi Finances, Défense et Migration). Le gouvernement a souvent tangué depuis quatre ans en raison des prises de positions jugées radicales de la N-VA sur la migration.

Ultimatum lancé

Le président du parti Bart De Wever avait lancé samedi soir un ultimatum à Charles Michel. Il a laissé entendre que la N-VA s'en irait si ce dernier s'envolait pour Marrakech dimanche afin d'approuver au nom de la Belgique le Pacte de l'ONU sur les migrations.

«Je prends (...) acte ce soir que la N-VA quitte la majorité», avait répondu Charles Michel dans la foulée. Il avait répété sa ferme intention de représenter la Belgique à Marrakech comme «chef de gouvernement d'une coalition responsable». Samedi soir, un conseil des ministres de la dernière chance avait été convié, mais il n'a pas permis de surmonter les divergences.

Changement d'avis

La N-VA est le seul des quatre partis de la coalition opposé à ce texte onusien, qui doit être approuvé lundi et mardi au Maroc par les pays de l'ONU, avant d'être ratifié lors d'un vote au siège des Nations Unies à New York le 19 décembre. Le pacte avait d'abord fait l'objet d'un consensus gouvernemental cet été, mais la N-VA a changé d'avis fin octobre.

La crise, latente depuis plusieurs semaines, a éclaté mardi soir, quand Charles Michel a annoncé son intention de se tourner vers le parlement, faute d'unanimité au sein de son gouvernement. Deux jours plus tard, une large majorité droite/gauche s'est dégagée en plénière à la Chambre en faveur d'une résolution demandant au gouvernement de soutenir le pacte. La N-VA s'est retrouvée isolée au côté du parti d'extrême droite Vlaams Belang.

Meeting avec Le Pen

Ce parti anti-immigration a d'ailleurs tenu samedi un meeting à Bruxelles avec Marine Le Pen, cheffe de l'extrême droite française, et Steve Bannon, ex-conseiller de Donald Trump, afin de dénoncer ce Pacte, brandi comme épouvantail par les populistes à travers l'UE à l'approche des élections européennes en mai prochain.

Non contraignant, le pacte de l'ONU recense des principes et une vingtaine de propositions pour aider les pays à faire face aux migrations. (ats/nxp)

Créé: 09.12.2018, 13h23

Articles en relation

Bart De Wever chargé de former un gouvernement

Belgique Le chef des nationalistes flamands de la N-VA, Bart De Wever, a été chargé mardi par le roi des Belges Philippe de mener pendant une semaine des consultations. Plus...

La Belgique en quête d'un nouveau gouvernement

Casse-tête Après la victoire des nationalistes flamands aux élections législatives, la Belgique se cherche un nouveau gouvernement. Plus...

Les indépendantistes flamands s'en prennent au roi

Belgique La première force politique néerlandophone a réclamé jeudi l’abolition des pouvoirs du roi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.