Les industriels du porc boycottent le ministre

FranceLa crise du porc s’aggrave en France. Le ministre de l’agriculture convoque une table ronde. Les industriels ne sont pas venus…

Le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll est pris entre deux feux. La détermination des industriels, comme celle des producteurs, est forte! Le ministre n'a pas réussi à faire s'asseoir les adversaires autour de sa table.

Le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll est pris entre deux feux. La détermination des industriels, comme celle des producteurs, est forte! Le ministre n'a pas réussi à faire s'asseoir les adversaires autour de sa table. Image: REGIS DUVIGNAU/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les éleveurs de porc bretons sont venus, lundi à Paris, non pour manifester mais pour discuter lors d’une table ronde organisée par le ministre de l’agriculture… Pour tenter de sortir d’une crise qui dure depuis une semaine, Stéphane Le Foll a en effet décidé de réunir tous les acteurs de la filière porcine. Mais les deux industriels de l’abattage, Cooperl et Bigard qui sont à l’origine de la crise, n’ont pas participé à la réunion. La situation est donc au point mort. Le dialogue pourrait se faire via le gouvernement: Cooperl et Bigard annoncent vouloir parler mardi avec le ministre.

Enjeu de la controverse: le prix de la viande de cochon. Les éleveurs de cochon exigent pour leur viande un prix plancher de 1,4 euro le kilo, garantie de leur survie selon les différents syndicats et coopératives de la branche. Le gouvernement s’est rallié, par le passé, à cette position que les éleveurs avaient imposé lors de nombreuses actions de blocage. Mais les entreprises de découpe et de transformation se plaignent du manque de compétitivité de la filière porcine française.

«Depuis des semaines, nous dénonçons ce prix (ndlr: 1.40 euro) déconnecté du prix européen. Les élevages français font 150 truies quand, dans les autres pays, ils ont souvent mille», a mis en évidence sur France Info le directeur délégué du syndicat national des industriels de la viande. Et de poursuivre: «On a transféré la difficulté des éleveurs aux abattoirs. Aujourd’hui, ce sont les abatteurs qui perdent de l’argent. Il y a 50'000 salariés dans l’industrie de l’abattage et découpe de viande qui, aujourd’hui, eux aussi sont mis en difficulté.» C’est pourquoi les industriels veulent un retour à un prix de marché libre, fonction de l’offre et de la demande.

La moitié des éleveurs se sentent menacés

Aussi, Cooperl et Bigard ont décidé il y a une semaine de boycotter la bourse aux cochons de Plérin (15% de la cotation de porc nationale). Dès lors, les producteurs ont multiplié les actions spectaculaires, contre les supermarchés notamment. Et la détermination ne faiblit pas. Car, selon le président de la fédération nationale des éleveurs (FNP), sans le prix plancher de 1,4 euro le kilo, 10% des 10 000 éleveurs de porc français fermeraient à court terme. Et 50% à moyen terme.

La situation paraît donc bloquée. Et chacun de pointer les défauts d’un marché saturé sur le plan européen, mais régulé au plan national. La France du cochon pointe du doigt l’Allemagne qui vendrait sa viande à perte. Et rappelle encore que la filière du porc français souffre d’autant plus qu’elle respecte scrupuleusement l’embargo sur la Russie.

Créé: 17.08.2015, 19h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.