Les infrastructures au coeur du budget britannique

L'après-BrexitLe premier budget après le vote sur le Brexit prévoit 1,6 milliard de francs pour les routes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le premier budget post-Brexit du gouvernement britannique se concentrera sur les investissements dans les infrastructures. Il devrait alléger l'austérité budgétaire du précédent gouvernement, selon un communiqué du trésor publié dimanche.

Le nouveau ministre des finances Philip Hammond va promettre de mettre «les investissements dans les infrastructures (...) au coeur» du budget rectificatif d'automne qui doit être présenté aux députés mercredi, tout juste cinq mois après le référendum lors duquel les Britanniques ont majoritairement voté en faveur d'une sortie de l'Union européenne.

De nouveaux investissements dans les routes du pays, à hauteur de 1,3 milliard de livres (1,6 milliard de francs), doivent ainsi constituer la mesure-phare de ce budget afin de réduire les problèmes de congestion, qui coûtent chaque année 13 milliards de livres aux ménages britanniques, selon le ministère.

Faible productivité

Via ces investissements qui concernent également «l'innovation», Philip Hammond compte ainsi «stimuler la croissance économique sur le long terme» et s'attaquer aux défis à long terme de l'économie, tout particulièrement «la faible productivité» du pays.

Tout en affirmant vouloir poursuivre la mission du précédent gouvernement de «faire baisser le déficit», ce budget pourrait assouplir l'orthodoxie budgétaire mise en place par l'ancien chancelier de l'échiquier George Osborne.

«Philip Hammond établira un nouveau cadre budgétaire, en soulignant la nécessité d'avoir de la flexibilité pour permettre au gouvernement de répondre aux conditions économiques changeantes», indique le communiqué du ministère.

Nombre d'économistes préviennent que l'activité du pays devrait pâtir de premières conséquences fâcheuses du processus de Brexit l'année prochaine, les entreprises semblant se montrer plus réticentes à investir à cause des incertitudes engendrées par cette sortie inédite. (ats/nxp)

Créé: 20.11.2016, 02h29

Articles en relation

Theresa May: les préparatifs du Brexit «sur les rails»

Royaume Uni La Première ministre britannique a déclaré que les préparatifs de la procédure de sortie de l'UE étaient en bonne voie. Plus...

L'économie britannique dynamique en octobre

Brexit Les consommateurs ne semblent pas troublés par les incertitudes entourant les conditions de sortie du Royaume-Uni de l'UE. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.