L'interdiction du suicide assisté, c'est bientôt fini

AllemagneSaisie par des associations suisses, la Cour constitutionnelle fédérale a estimé que les Allemands avaient le «droit de choisir (leur) mort».

La Cour constitutionnelle allemande a ouvert la voie au suicide «organisé».

La Cour constitutionnelle allemande a ouvert la voie au suicide «organisé». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour constitutionnelle allemande a jugé mercredi qu'une loi de 2015 interdisant l'assistance au suicide «organisée» par des médecins ou associations était inconstitutionnelle.

Cette loi privait les patients en phase terminale du «droit de choisir (leur) mort», a estimé Andreas Vosskuhle, président de la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe.

«Ce droit inclut la liberté de s'ôter la vie et de demander de l'aide pour le faire», a ajouté le président de la Cour. «Le droit de choisir sa mort n'est pas limité à certaines phases de la vie et de la maladie», a fait valoir le haut-magistrat.

Saisie par des associations suisses

La Cour de Karlsruhe était saisie par des associations allemandes et suisses d'aide au suicide, des médecins ou des patients. En 2015, le Bundestag, au terme d'échanges passionnés, avait banni l'assistance «organisée» au suicide, passible de trois années de prison, ainsi que la promotion du suicide assisté.

Mais deux ans plus tard, la Cour administrative de Leipzig, plus haute juridiction administrative allemande, avait rendu une décision surprise: les juges avaient considéré que «dans des cas exceptionnels, l'Etat ne peut empêcher l'accès d'un patient à des produits anesthésiques qui lui permettraient de se suicider de manière digne et sans douleur».

L'application de cette décision était cependant bloquée depuis deux ans, sur instruction du ministère de la Santé à l'Institut fédéral des médicaments, qui a dû refuser «plus de cent demandes de malades», selon l'agence DPA.

Selon la Cour, le législateur dispose d'un «large éventail de possibilités», telles que des obligations d'information et d'attente, pour réglementer l'assistance au suicide.

Mais, a-t-elle ajouté, l'aide ne doit pas être subordonnée au diagnostic d'une maladie incurable. «Nous pouvons regretter la décision (d'un malade de choisir de mourir), nous pouvons tout essayer pour le faire changer d'avis, mais nous devons finalement accepter sa libre décision», a fait valoir le président de la Cour. (ats/nxp)

Créé: 26.02.2020, 11h16

Articles en relation

Le suicide assisté pourrait se faire en prison

Suisse La Conférence des directeurs cantonaux de justice et police a donné son feu vert à la possibilité d''une assistance au suicide en prison. Plus...

Le suicide assisté des détenus est à l'étude

Suisse Les cantons examinent un rapport d'experts qui recommande la prise en considération du désir de mourir d'un détenu capable de discernement. Plus...

L'Italie dépénalise le suicide assisté

Santé La Cour constitutionnelle a jugé licite le suicide assisté et demande maintenant au Parlement de modifier la législation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.