L'Irak s'apprête à juger ses ressortissants de l'EI

Syrie Environ 900 ressortissants irakiens vont être jugés pour appartenance à l'Etat islamique. Certains risquent la peine de mort.

Plusieurs pays s'attellent à la lourde tâche de juger les membres de l'EI comme ici en Afghanistan.

Plusieurs pays s'attellent à la lourde tâche de juger les membres de l'EI comme ici en Afghanistan. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Irak s'apprête à juger environ 900 de ses ressortissants récemment rapatriés de Syrie pour appartenance au groupe Etat islamique (EI), un crime passible de la peine de mort en Irak, a-t-on appris dimanche de source judiciaire.

«Le tribunal antiterroriste a reçu les dossiers d'instruction d'environ 900 Irakiens de l'EI venus de Syrie et nous commençons à établir un calendrier pour leurs procès», a indiqué cette source à l'AFP sous le couvert de l'anonymat.

Ils ont été remis aux troupes irakiennes par les forces kurdes de Syrie ces derniers mois, alors que l'étau se resserrait sur le dernier réduit de l'EI le long de la frontière irakienne. Les Irakiens ont constitué le gros des structures de commandement de l'EI, dirigé par Abou Bakr al-Baghdadi, lui-même irakien, et qui a tenu à son apogée en 2014 près du tiers de l'Irak et de larges pans de la Syrie.

La justice irakienne a déjà jugé des milliers de nationaux ainsi que d'étrangers, qu'elle a condamnés à des peines de mort ou de prison à perpétuité. De nombreux défenseurs des droits humaines ont dénoncé des procès «expéditifs» et préviennent de possibles «risques de torture» lors des interrogatoires en Irak.

En 2018, l'année qui a suivi la déclaration de la «victoire» sur l'EI en Irak, les tribunaux irakiens ont ordonné au moins 271 peines capitales, soit quatre fois plus qu'en 2017, selon Amnesty International.

Mais dans le même temps, Bagdad, qui reste parmi les cinq pays ordonnant le plus de peine de mort au monde, a effectivement exécuté beaucoup moins de condamnés. En 2018, 52 ont été pendus, contre 125 en 2017.

Une prochaine vague de rapatriements

Et de nombreux autres procès vont suivre, ajoute un responsable des services de sécurité, car d'autres Irakiens sont toujours dans les prisons des forces kurdes de Syrie, dans l'attente de leur rapatriement.

Au vu de leur nombre important, «ils seront rapatriés par vagues», explique-t-il à l'AFP. Parmi eux, poursuit ce responsable, «certains sont des commandants importants mais que l'EI ne médiatisait pas».

L'un d'eux, par exemple, travaillait dans le plus grand secret à développer des armes chimiques pour l'EI, assure-t-il encore.

En outre, Bagdad, qui va déjà juger prochainement 12 Français transférés de Syrie, a récemment proposé de juger le millier d'étrangers aux mains des Kurdes de Syrie contre deux milliards de dollars, selon des sources gouvernementales. (afp/nxp)

Créé: 14.04.2019, 15h49

Articles en relation

«On ne sait pas où sont 300 enfants»

Enfants de djihadistes français Le secrétaire d'Etat français a confirmé avoir perdu la trace de 200 à 300 enfants de djihadistes partis en Syrie et en Irak. Plus...

Damas veut une réunion du Conseil de sécurité

Golan La Syrie a exigé mardi une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU au sujet de la situation au Golan. Plus...

Les Kurdes veulent un tribunal spécial pour l'EI

Syrie Avec la chute du dernier réduit de l'Etat islamique, plus de 5000 combattants djihadistes ont été arrêtés, et plusieurs milliers de femmes, enfants et autres étrangers. Plus...

L'Etat islamique a perdu son dernier bastion

Syrie L'organisation terroriste active en Syrie a perdu, samedi, son dernier territoire après d'intenses combats contre la coalition. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.