L'Iran lève toute limite sur ses centrifugeuses

Nucléaire iranienDans un climat tendu, Téhéran a annoncé de nouvelles mesures visant à balayer les derniers obstacles sur son programme nucléaire dimanche.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Iran a annoncé dimanche ce qu'il a présenté comme la «cinquième et dernière phase» de son plan de réduction de ses engagements en matière nucléaire. Il a affirmé qu'il ne se sentait désormais plus tenu par aucune limite «sur le nombre de ses centrifugeuses». Berlin, Paris et Londres l'ont appelé dans la foulée à abandonner les mesures qui sont contraires à l'accord nucléaire de 2015.

«Plus aucun obstacle»

Cette annonce de Téhéran survient dans un climat de tensions accrues entre les États-Unis et Téhéran après l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani, tué vendredi par une frappe aérienne américaine à Bagdad. Dans un communiqué, le gouvernement de la République islamique indique néanmoins que «la coopération de l'Iran avec l'AIEA [l'Agence internationale de l'énergie atomique, qui soumet son programme nucléaire à un strict contrôle, NDLR] se poursuivra comme avant».

Le gouvernement explique que, «en conséquence» de sa décision sur les centrifugeuses, «il n'y a plus aucun obstacle entravant le programme nucléaire de la République islamique d'Iran sur le plan opérationnel», qu'il s'agisse de «la capacité à enrichir [l'uranium], du niveau d'enrichissement [de l'uranium], de la quantité de matériau enrichi, ou de la recherche et développement».

Besoins techniques du pays

Téhéran ajoute cependant que «le programme nucléaire de l'Iran continuera désormais uniquement sur la base [des] besoins techniques du pays». Et jusqu'à présent, la République islamique a toujours indiqué avoir besoin d'enrichir l'uranium à hauteur d'environ 5%, pas plus, niveau suffisant pour produire le combustible nécessaire à la production d'électricité dans une centrale nucléaire.

Le communiqué iranien ne dit pas que les besoins techniques du pays ont changé. Le gouvernement répète en revanche qu'il est prêt à faire machine arrière à tout moment sur ses annonces.

«Si les sanctions [contre l'Iran réimposées et durcies par les États-Unis depuis 2018] sont levées et que l'Iran bénéficie des retombées» attendues de l'accord international sur son programme nucléaire conclu en 2015, «la République islamique d'Iran est prête à revenir» à l'application pleine et entière de ses engagements, indique-t-il.

Réaction des autres membres

Dans la foulée, l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne ont appelé dimanche l'Iran à abandonner les mesures qui sont contraires à l'accord nucléaire de 2005. «Nous appelons l'Iran à retirer toutes les mesures qui ne sont pas conformes à l'accord nucléaire», ont déclaré dans un communiqué commun la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Boris Jonhson.

L'accord a été conclu à Vienne en 2015 après douze ans de crise et d'intenses négociations entre l'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) plus l'Allemagne. L'Iran s'y engage à réduire ses capacités nucléaires en échange de la levée de sanctions internationales.

Mais en 2018 le président Donald Trump a décidé le retrait unilatéral des Etats-Unis de l'accord et le rétablissement de sanctions. Depuis, l'Iran s'est progressivement affranchi d'engagements figurant dans l'accord. (ats/nxp)

Créé: 05.01.2020, 21h39

Articles en relation

L'Iran affirme que sa réponse sera «militaire»

Mort de Soleimani en Irak Tout en précisant «ne pas chercher la guerre», Téhéran déclare préparer une riposte «adaptée» aux actes des États-Unis. Plus...

Donald Trump menace de frapper 52 sites iraniens

Moyen-Orient Le président Trump a affirmé que les Etats-Unis frapperaient l'Iran s'il menait des attaques en représailles à l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani. Plus...

Mort de Soleimani: «Il y aura une vengeance»

Iran L'ambassadeur iranien à l'ONU a déclaré vendredi que les Etats-Unis ont commis un «acte de guerre» contre l'Iran en tuant Soleimani. Il appelle à une «vengeance dure». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.